Le Petit Docteur : L'Amiral a disparu (1938)

Tous les titres :

Affaire Lefrançois (L')

Amiral a disparu (L')

Assassin (L')

Au Rendez - Vous des Terre - Neuvas

Blanc à lunettes (Le)

Capitaine du Vasco (Le)

Châle de Marie Dudon (Le)

Chat (Le)

Cheminée du Lorraine (La)

Deuil de Fonsine (Le)

Écluse no 1 (L')

Étrangleur de Moret (L')

G.7

Gens d'en face (Les)

Guinguette à deux sous (La)

Homme tatoué (L')

Homme tout nu (L')

Inconnue d'Étretat (L')

Inspecteur Cadavre (L')

Jument perdue (La)

Larmes de bougies (Les)

Maigret et Monsieur Charles

Maison du canal (La)

Mariés du premier décembre (Les)

Mystères du Grand - Saint - Georges (Les)

Novembre

Otto Müller

Pacha (Le)

Péniche aux deux pendus (La)

Quarante - cinq degrés à l'ombre

Quartier nègre

Stan le tueur

Suspect(Le)

Témoignage de l'enfant de choeur (Le)

Valérie s'en va

L'existence des loteries pose un problème de morale.  Ceux qui gagnent n'ont aucun mérite particulier, mais peuvent devenir plus riches que bien des gens qui ont plus de talents qu'eux.

Simenon était contre les loteries, parce qu'il voulait que les gens s'enrichissent grâce à leur travail et à leurs talents.  C'est pourquoi Maurice Tremblet, un gagnant de loterie, est éliminé dans On ne tue pas les pauvres typesSimenon était contre les subventions, la Bourse, la spéculation et les loteries.

Alors pourquoi L'amiral a disparu de la série Le petit docteur de Georges Simenon finit-il plutôt bien, même si Marius Fignol gagne un million ?  C'est à cause de la situation quasiment anarchique vécue A la Meilleure Brandade.

Mme Angèle, la patronne, trompe son mari, alors que les épouses sont censées être vertueuses.  Son mari, M. Jean, le lui rend bien mais les limites du raisonnable sont dépassées parce que Nine, la servante-maîtresse de M. Jean, veut se faire épouser pour prendre la place de Mme Angèle.  Si un mari a le droit de tromper sa femme jusqu'à un certain point, il ne peut pas divorcer et épouser sa maîtresse.

L'arrivée du million rétablit l'ordre normal des choses.  Mme Angèle et M. Jean, qui comptent bien hériter un jour, redeviennent des époux aimants et respectueux de l'oncle Marius.  Et la servante reste la servante.

Haut de la page

Angèle.  

Nièce de l'Amiral; patronne d'A la Meilleure Brandade; femme de M. Jean; tient la caisse; calme et résignée; coureuse d'hommes ?; maîtresse de Tony ?; séquestrée par Tony; libérée; à la fin devient une épouse souriante; honore l'Amiral.

Béfigue, M.   

Pharmacien; ami de l'Amiral.

Dollent.  

Le Petit Docteur.

Fignol, Marius.

Dit l'Amiral; quatre-vingt-dix kilos; ventre avantageux; 68 ans; encore vert; barbe soyeuse; cuisses grasses; marche à petits pas pleins de majesté; ancien aide-cuisinier de paquebots; fondateur d'A la Meilleure Brandade; l'a cédé à sa nièce et à son mari; secrétaire de la Société bouliste des joyeux garçons; a gagné un million à la loterie; kidnappé par Tony qui voulait lui voler son million; libéré; touche son million; est choyé à la fin.

Nine.  

Petite bonne à l'oeil noir d'Andalouse; ironique; maîtresse de M. Jean; vive; effrontée; répand comme un parfum d'amour; à peine vêtue; 18 ans; déteste Mme Angèle; voudrait épouser M. Jean; à la fin reste servante.

Jean. 

Lyonnais; 30-35 ans; plutôt maigre; pas gai; grand garçon; mari d'Angèle; marié depuis six ans; pas heureux en ménage; avare astucieux; s'entendait mal avec l'Amiral; terriblement jaloux; fait la cuisine; amant de Nine; pas pressé d'épouser Nine; a épousé Angèle pour son argent ?; à la fin devient un mari aimant; honore l'Amiral.

Lartigue, M.

Marchand de poissons; joueur de boules; râleur.

Pichon, M.  

Chapelier; ancien adjoint au maire et conseiller municipal; président du Comité des Fêtes de la ville.

Polyte.

Fils de Tatine; l'aide au magasin; vaurien; complice de Tony pour voler le million de l'Amiral; livré à la justice.

Tatine.

Tenancière d'un bureau de tabac mère de Polyte; hydropique.

Tony.  

Aide-pharmacien; mauvais sujet; fait les quatre-cents coups avec Polyte; amant de Mme Angèle ?; séquestre l'Amiral et Mme Angèle; livré à la justice.

Haut de la page

- 1 -

- [M. Jean] Si c’est de ça que vous voulez parler [coucher avec Nine] …  Vous savez ce que c’est …  Ça ne tire pas à conséquence … 


- 2 -

Décidément, si cette maison était à certaines heures la maison de l’amour, c’était aussi la maison de la haine. 


- 3 -

- [Nine]  la garce [Mme Angèle]


- 4 -

- [Nine] […] une coureuse de la pire espèce [Mme Angèle] […]  tout lui était bon, y compris les hommes mariés. 


- 5 -

- [Dollent] […] des vauriens […] Des petits voyous sans envergure [Tony et Polyte]

Haut de la page