Les mystères du Si-Fan (1916)

Tous les titres :

Fiancée de Fu Manchu (La)

Fille de Fu Manchu (La)

Marque du singe (La)

Mystères du Si-Fan (Les)

Mystérieux docteur Fu Manchu (Le)

Piste de Fu Manchu (La)

Prophète au masque d'or (Le)

Résurrection de Fu Manchu (La)

Singe bleu (Le)

Yatagan turc (Le)

Dans Les mystères du Si Fan de Sax Rohmer, un sir Gregory Hale plus mort que vif rentre d'une expédition dans le désert de Gobi, avec en sa possession le coffret de Tûlun-Nûr, un ouvrage très ancien qui pourrait contenir des secrets appartenant au Si-Fan, le groupe visant à établir la domination de la Chine sur le monde.  On n'ouvre pas, bien entendu, un tel coffret avec une banale clé.  Attention à ceux qui tenteraient d'ouvrir le coffret sans prendre de précautions, ils pourraient y laisser leur vie !

Il existe, dans les quartiers mal famés de Londres, des établissements tels la Maison du Bonheur ou le Café de l'Égypte, où la consommation de l'opium et du haschisch constituent à peu près les activités les moins répréhensibles.  Ces repaires servent, à la fois, de cachettes et de lieux de repos pour les criminels comme Fu Manchu et sa bande.  On peut y attirer des hauts fonctionnaires, comme sir Byngham Pyne, ou y retenir des prisonniers qu'on veut éliminer, comme Nayland Smith.

La plupart du temps, Fu Manchu s' en prend à ceux qui le menacent : des membres des forces de l'ordre ou des explorateurs qui en savent trop sur les civilisations de l'Orient.  C'est différent dans le cas de sir Baldwin Fraser.  Sir Baldwin, un grand chirurgien, est enlevé parce que lui-seul peut retirer de la tête de Fu Manchu la balle de revolver tirée par Kâramaneh dans La résurrection de Fu Manchu.  Baldwin Fraser doit absolument réussir l'opération.  La mort de Fu manchu signifierait en même temps celle du chirurgien.

Les dirigeants du Si-Fan qui veulent se réunir n'ont qu'à se dénicher une vieille maison abandonnée dans Hyde Park.  On y voit alors la diversité des origines des membres de l'organisation : des Chinois, des Indiens, des Birmans, d'autres Asiatiques, des Égyptiens, des Eurasiens, etc.  Les forces de l'ordre interrompent parfois brutalement ce genre de réunion.

Lionel Barton est victime d'attentats de la part de Fu manchu, parce qu'il est un spécialiste de l'Orient, mais aussi parce que la propriété héritée par Barton, Greywater Park, avec ses grottes secrètes, sert de refuge au maléfique docteur chinois.

En fuyant l'Angleterre, Fu Manchu abandonne certains de ses complices qui connaissent des fins atroces.  Le traître Homopoulo est égorgé par un des léopards de Barton, tandis que Zarmi et Samarkan s'entretuent.  Les scorpions, scolopendres, araignées et autres serpents ne survivront pas longtemps non plus dans le climat anglais.

Haut de la page

, Anselme.

Moine; abbé de Greywater.

Barton, Brangholm.

Parent de Lionel Barton qui lui a légué la propriété de Greywater; mort.

Barton, Lionel.

Sir; ami de Nayland Smith et de Petrie; célèbre explorateur; excentrique baronet; sans peur; très grand; tête bronzée; yeux bleus; corps gigantesque.

Beeton.

Valet de chambre de Gregory Hale.

Carter.

Détective; de Scotland Yard.

Fletcher.

Sergent détective; un des espoirs de Scotland Yard; visage rasé de près; yeux noirs très enfoncés; traits énergiques et intelligents; appartient à la Section chinoise; dit Charlie.

Foster.

Coiffeur de renom.

Forsyth, Jack.

Second capitaine du paquebot Andaman; haute taille; sosie de Nayland Smith; frère jumeau de George; [Voir La résurrection de Fu Manchu].

Fraser, Baldwin.

Sir; spécialiste des maladies mentales; grand chirurgien; enlevé par Zarmi pour Fu Manchu; forte carrure; cheveux noirs légèrement grisonnants; barbe et moustache courtes; opère Fu Manchu.

Fu Manchu.

Docteur; dignitaire du Si-Fan; dit Le boiteux; défie les lois de la nature; invulnérable; incarnation immortelle du démon; délégué du quartier général du Si-Fan; prodigieux génie; grand corps; front haut; type démoniaque; voix indescriptible; mépris de la douleur humaine de la vie de la loi; yeux verts; Génie du Mal; désavoué par le Si-Fan ?; visage imberbe et maigre; menton pointu; en fuite; voix gutturale si particulière; vieux.

Graham.

Chasseur d'orchidées; connaissance de Nayland Smith.

Hale, Gregory.

Sir; ex-attaché à l'ambassade britannique à Pékin; extrême maigreur; mort; victime de Fu Manchu.

Hamilton.

Médecin; marié; grisonnant; allure militaire.

Hewson.

Agent de la police fluviale.

Homopoulo

Maître d'hôtel de Lionel Barton; Grec; parle un anglais monotone mais impeccable; face brune; irréprochable; membre du Si-Fan; créature de Fu Manchu; sinistre crapule; tué par un léopard.

Ismaïl.

Propriétaire du café de l'Égypte; juif grec de Salonique; juif levantin; complice de Fu Manchu; livré à la justice.

Kâramaneh.

Douce; longue silhouette; yeux magnifiques; fiancée du docteur Petrie; belle; grands yeux noirs.

Kennedy.

Valet de Lionel Barton; jeune; solidement bâti; a navigué cinq ans comme gabier.

Ki, John.

Propriétaire de la "Maison du bonheur"; très vieux; petit; visage jaune ridé; complice de Fu Manchu.

Ki-Ming.

Mandarin; haut dignitaire du Si-Fan; Chinois; cheveux grisonnants; majestueux; noble; ennemi de Fu Manchu ?; dangereux; docteur du collège lama ou du monastère de Rachë-Chûran; livré à la justice; hypnotiseur; vieux.

Lewison.

Employé de Meyerstein; cheveux de lin; yeux bleus; origine sémite; mort en tentant de voler le coffret Tûlun-Nûr.

Li.

Serviteur du mandarin Ki-Ming; assassiné par Ki-Ming.

Li-King-Su.

Médecin ?; Chinois; âge indéterminé; auxiliaire de Fu Manchu.

Logan, Mr.

Blond; secrétaire de Baldwin Fraser; encore jeune; rasé de près; alerte.

Magnus, Mr. 

Médecin; une espèce de métèque; complice de Fu Manchu.

Mc Cabe, Murdoch.

Fameux expert toxicologiste.

Meyerstein.

Antiquaire; gros doigts; porte un lorgnon.

Morrison, Warder.

Grand; gardien de prison; d'apparence militaire; pas en santé; yeux voilés; consomme du haschisch.

Murray.

Docteur; a racheté la clientèle du docteur Petrie.

Oram, Mrs.

Gouvernante de Lionel Barton; vieille; cheveux blancs.

Petrie.

Médecin; compagnon de Nayland Smith; haine pour Fu Manchu et amour pour Kâramaneh; le narrateur.

Pyne, Byngham.

Distingué; de haute taille; Sir; du ministère de l'Inde; consommateur de drogue.

Ryman.

Inspecteur; de la Police fluviale.

Samarkan, Mr.

Gérant du New Louvre Hotel; a été maître d'hôtel au Caire; corpulent; porte l'impériale; grisonnant; manières d'un courtier; sourire d'un Grec authentique; courtoisie grecque; gros; Grec; large; épais; moustache noire; nez aquilin; créature de Fu Manchu; livré à la justice; tué par Zarmi.

Smith, Nayland.

Se gratte l'oreille gauche quand perplexe; œil d'acier; commissaire; cheveux blanchis; hâlé; malade du foie; pourchasse Fu Manchu.

Sokoloff, Mr.

Russe; connaissance de Nayland Smith.

Warrington.

Colonel; porte monocle; cheveux blancs; face rubiconde; prototype de l'ancien officier de l'armée des Indes.

Weymouth.

Inspecteur; lourde face; peut se déguiser; faux nom = Jonathan Martin; gros corps.

Zarmi.

Eurasienne; belle dans le genre tigresse; beauté diabolique; face pâle; lèvres rouges; fume la cigarette; répulsion de Pétrie; appartient au Si-Fan; yeux taillés en amande; cheveux noirs de jais; démon; malfaisante; souple comme un serpent; sorcière; tuée par Samarkan; yeux sauvages et beaux.

Haut de la page

- 1 -

- [Nayland Smith]  Et maintenant, dit Smith en se promenant de long en large, ce n'est plus le docteur Fu Manchu que nous avons devant nous, mais l'inconnu : le Si-Fan.

- [Petrie] Mais qu'est-ce donc ?

- Le plus grand mystère de l'Orient secret, Petrie. Réfléchissez ! Vous savez comme moi qu'un être malfaisant, le docteur Fu Manchu, est resté quelque temps en Angleterre, pour paver la route - expression qui est mienne, je crois - à l'Empire jaune intégral. Ce qu'Européens et Américains appellent le Péril jaune. Très bien. Mais un tel empire a besoin …

- … D'un empereur !

Smith s'arrêta.

- Pourquoi pas d'une impératrice, Petrie ?

Ses paroles me firent l'effet d'un coup de tonnerre. Je ne trouvai rien à lui répondre.

- Vous me rappellerez peut-être, se hâta-t-il de poursuivre, la situation d'infériorité de la femme dans la société orientale. Je pourrais vous citer de notables exceptions, anciennes et modernes. Une étude sérieuse de la question prouve que les fondateurs de dynasties auraient tout avantage à couronner une impératrice plutôt qu'un empereur. D'après une vieille tradition, l'Extrême-Orient sera un jour gouverné par une femme qui étendra son empire sur le monde entier. Un pundit instruit m'assura, il y a quelques années, qu'une princesse dont la lignée remontait à l'origine du monde, cachée dans un monastère de Tartarie ou du Tibet, était appelée à devenir impératrice du monde. Je suis d'avis que cette tradition - ou plutôt le groupe qui s'efforce de la maintenir vivante et puissante - est ce qu'on appelle le Si-Fan.


- 2 -

Le plan avait ceci de bon que nous [Pétrie, Weymouth et Fletcher] n'en avions pas d'autre.


- 3 -

[Petrie] J'eus un frisson. Évidemment, j'aurais dû être familiarisé avec les méthodes du Chinois [Fu Manchu], avec son mépris de la douleur humaine, de la vie, de la loi, mais je ne pouvais m'empêcher d'être profondément impressionné à chaque nouvelle manifestation de l'horrible activité de notre ennemi. Après tout, je n'arrivais pas à concilier mes idées, celles d'un médecin moyen, avec ces diableries d'Extrême-Orient qui avaient Londres pour cadre. 


- 4 -

- [Murdoch McCabe] […] J'ai eu l'occasion d'étudier un cas analogue à Simla où un officier a été tué à coups de poignard par son khitmatgar (un serviteur dévoué) agissant sous l'empire des injonctions hypnotiques d'un fakir que l'officier avait eu l'imprudence de châtier peu de temps auparavant. Le fakir paya d'ailleurs son crime de sa vie, dois-je ajouter. Le khitmatgar le tua d'une balle dix minutes plus tard.

[Oeil pour oeil dent pour dent.]


- 5 -

Avec un soupir involontaire, je [Petrie] relevai la tête pour rencontrer le regard de deux yeux extraordinaires.

Jamais je n'en avais vu de semblables. Les yeux de Kâramaneh étaient admirables, ceux du docteur Fu Manchu sinistres; mais ceux de cette femme étaient inoubliables ! Je ne pouvais en supporter l'expression, l'éclat : la Méduse !

Depuis que j'avais, dans un passé encore tout proche, rencontré le doux et implacable regard du mandarin Ki-Ming, j'avais beaucoup appris sur la puissance de l'œil humain. Tous les Cagliostros, ne sont pas morts. Mais des yeux pareils …

Longs, bordés de cils immenses, noir de jais, surmontés de sourcils à l'arc très pur, leur feu insoutenable. C'était beaucoup plus ceux d'une bête sauvage que d'une femme.


- 6 -

Au moment où je [Petrie] l'apercevait [Homopoulo], il sortait, suivi d'un de ces hommes petits et trapus dont le docteur Fu Manchu comptait un certain nombre dans son entourage. Ils faisaient partie de ces bandes de voleurs connus en Inde sous le nom de dacoïts.

Haut de la page