En-tete de pages
Page d'accueil
 A venir   Aide   Autos   Contact   Liens  
 Livres   Nouveautés  Photos

Page sur Émile Gaboriau

 

Monsieur Lecoq (1869)

menu_gaboriau_lecoq_chapitres

Monsieur Lecoq

Première partie

Chapitre I

Chapitre II

Chapitre III

Chapitre IV

Chapitre V

Chapitre VI

Chapitre VII

Chapitre VIII

Chapitre IX

Chapitre X

Chapitre XI

Chapitre XII

Chapitre XIII

Chapitre XIV

Chapitre XV

Chapitre XVI

Chapitre XVII

Chapitre XVIII

Chapitre XIX

Chapitre XX

Chapitre XXI

Chapitre XXII

Chapitre XXIII

Chapitre XXIV

Chapitre XXV

Chapitre XXVI

Chapitre XXVII

Chapitre XXVIII

Chapitre XXIX

Chapitre XXX

Chapitre XXXI

Chapitre XXXII

Chapitre XXXIII

Chapitre XXXIV

Chapitre XXXV

Chapitre XXXVI

Chapitre XXXVII

Chapitre XXXVIII

Chapitre XXXIX

Chapitre XL

Chapitre XLI

Chapitre XLII

Chapitre XLIII

Deuxième partie

Chapitre I

Chapitre II

Chapitre III

Chapitre IV

Chapitre V

Chapitre VI

Chapitre VII

Chapitre VIII

Chapitre IX

Chapitre X

Chapitre XI

Chapitre XII

Chapitre XIII

Chapitre XIV

Chapitre XV

Chapitre XVI

Chapitre XVII

Chapitre XVIII

ChapitreXIX

Chapitre XX

Chapitre XXI

Chapitre XXII

Chapitre XXIII

Chapitre XXIV

Chapitre XXV

Chapitre XXVI

Chapitre XXVII

Chapitre XXVIII

Chapitre XXIX

Chapitre XXX

Chapitre XXXI

Chapitre XXXII

Chapitre XXXIII

Chapitre XXXIV

Chapitre XXXV

Chapitre XXXVI

Chapitre XXXVII

Chapitre XXXVIII

Chapitre XXXIX

Chapitre XL

Chapitre XLI

Chapitre XLII

Chapitre XLIII

Chapitre XLIV

Chapitre XLV

Chapitre XLVI

Chapitre XLVII

Chapitre XLVIII

Chapitre XLIX

Chapitre L

Chapitre LI

Chapitre LII

Chapitre LIII

Chapitre LIV

Chapitre LV

Épilogue

 

 

 

                 Classement de sites - Inscrivez le vôtre!        

  Deuxième partie - L'honneur du nom - Chapitre LV

 

 

 

Le duc de Sairmeuse était de ces hommes qui restent supérieurs à toutes les fortunes, bonnes ou mauvaises. Son expérience était grande, son coup d’oeil sûr, son intelligence prompte et féconde en ressources. Il avait en sa vie, traversé des hasards étranges, et toujours son sang-froid avait dominé les événements.

Mais, en ce moment, dans ce cabanon humide et infect, après les scènes sanglantes du cabaret de la Chupin, il se trouvait sans idées et sans espérances...

C’est que la justice, il le savait, ne se paye d’apparences et, quand elle se trouve en face d’un mystère, elle n’a ni repos ni trêve qu’elle ne l’ait éclairci.

Martial ne le comprenait que trop : une fois son identité constatée, on chercherait les raisons de sa présence à la Poivrière, on ne tarderait pas à les découvrir, on arriverait jusqu’à la duchesse, et alors le crime de la Borderie émergerait des ténèbres du passé.

C’était la cour d’assises, la maison centrale, un scandale effroyable, le déshonneur, une honte éternelle...

Et sa puissance d’autrefois, loin de le protéger, l’écrasait. Qui donc l’avait remplacé aux affaires ? Ses adversaires politiques, et parmi eux deux ennemis personnels à qui il avait infligé de ces atroces blessures d’amour-propre qui jamais ne se cicatrisent. Quelle occasion de vengeance pour eux !...

A cette idée d’une flétrissure ineffaçable, imprimée à ce grand nom de Sairmeuse, qui avait été sa force et sa gloire, sa tête s’égarait.

— Mon Dieu !... murmurait-il, inspirez-moi... Comment sauver l’honneur du nom!

Il ne vit qu’une chance de salut : mourir, se suicider dans ce cabanon. On le prenait encore pour un de ces gredins qui hantent les banlieues; mort, on ne s’inquiéterait que médiocrement de son identité.

Allons !... il le faut ! se dit-il.

Déjà il cherchait comment accomplir son dessein, quand il entendit un grand mouvement, à côté, dans le poste, des trépignements et des éclats de rire.

La porte du violon s’ouvrit, et les sergents de ville y poussèrent un homme qui fit deux ou trois pas, chancela, tomba

673

lourdement à terre, et presque aussitôt se mit à ronfler. Ce n’était qu’un ivrogne...

Cependant un rayon d’espoir illuminait le coeur de Martial. En cet ivrogne, il avait reconnu Otto, déguisé, presque méconnaissable.

La ruse était hardie, il fallait se hâter d’en profiter et se défier de la surveillance. Martial s’étendit sur le banc, comme pour dormir, de telle façon que sa tête n’était pas à un mètre de celle d’Otto.

— La duchesse est hors de danger... murmura le fidèle domestique.

— Aujourd’hui, peut-être. Mais demain, par moi, on arrivera jusqu’à elle.

— Monseigneur s’est donc nommé ?

— Non... tous les agents, excepté un, me prennent pour un rôdeur de barrière.

— Eh bien !... il faut continuer à jouer ce personnage.

— A quoi bon !... Lacheneur ira me dénoncer...

Martial, pour le moment au moins, était délivré de Jean. Quelques heures plus tôt, en se rendant de l’Arc-en-Ciel à la Poivrière, Jean avait roulé au fond d’une carrière abandonnée et s’était fracassé le crâne. Des carriers qui allaient à leur travail l’avaient aperçu et relevé et, à cette heure, ils le portaient à l’hôpital.

Bien que ne pouvant prévoir cela, Otto ne parut pas ébranlé.

— On se débarrassera de Lacheneur, dit-il; que monsieur le duc soutienne seulement son rôle... Une évasion n’est qu’une plaisanterie quand on a des millions...

- On me demandera qui je suis, d’où je viens, comment j’ai vécu...

— Monseigneur parle l’allemand et l’anglais, il peut dire qu’il arrive de l’étranger, qu’il est un enfant trouvé, qu’il a exercé une profession nomade, celle de saltimbanque, par exemple.

— En effet, comme cela...

Otto fit un mouvement pour se rapprocher encore de son maître, et d’une voix brève :

— Alors, convenons bien de nos faits, car d’une parfaite entente dépend le succès. J’ai à Paris une amie — et personne ne sait nos relations — qui est fine comme l’ambre. Elle se nomme Milner et tient l’hôtel de Mariembourg, rue de Saint-Quentin. Monseigneur dira qu’il est arrivé hier, dimanche de Leipzig, qu’il est descendu à cet hôtel, qu’il y a laissé sa malle, qu’il y est inscrit sous le nom de Mai, artiste forrain, sans prénoms...

— C’est cela approuvait Martial...

Et ainsi, avec une promptitude et une précision extraordinaires, ils convinrent point par point de toutes les fictions qui devaient dérouter l’instruction.

Tout étant bien réglé, Otto sembla s’éveiller du sommeil

 674  

profond de l’ivresse; il appela, on lui ouvrit et on le rendit à la liberté.

Seulement avant de quitter le poste, il avait réussi à lancer un billet à la veuve Chupin enfermée dans le violon des femmes.

Lors donc que Lecoq, tout haletant d’espérance et d’ambition arriva au poste de l’avenue d’Italie, après son enquête si habile à la Poivrière, il était battu d’avance par des hommes qui lui étaient inférieurs comme pénétration, mais dont la finesse égalait la sienne.

Le plan de Martial était arrêté, et il devait le poursuivre avec une incroyable perfection de détails.

Mis au secret au dépôt, le duc de Sairmeuse se préparait à la visite du juge d’instruction, quand entra Maurice d’Escorval... Ils se reconnurent.

Ils étaient aussi émus l’un que l’autre, et il n’y eut point d’interrogatoire, pour ainsi dire. Cependant, aussitôt après le départ de Maurice, Martial essaya de se donner la mort. Il ne croyait pas à la générosité de son ancien ennemi...

Mais le lendemain, quand au lieu de Maurice il trouva M. Segmuller, Martial crut entendre une voix qui lui criait «Tu seras sauvé.»

Alors commença entre le juge et Lecoq d’un côté, et le prévenu de l’autre, cette lutte où il n’y eut point de vainqueur.

Martial sentait bien que de Lecoq seul venait le péril, et cependant il ne pouvait prendre sur soi de lui en vouloir. Fidèle à son caractère, qui le portait à rendre quand même justice à ses ennemis, il ne pouvait s’empêcher d’admirer l’étonnante pénétration et la ténacité de ce jeune policier qui luttait seul contre tous pour la vérité.

Il est vrai de dire que si l’attitude de Martial fut merveilleuse, on le servit au dehors avec une admirable précision.

Toujours Lecoq fut devancé par Otto, ce mystérieux complice qu’il devinait et ne pouvait saisir. A la morgue comme à l’hôtel de Mariembourg, près de Toinon-la-Vertu, la femme de Polyte Chupin, aussi bien que près de Polyte lui-même, partout Lecoq arriva deux heures trop tard.

Lecoq surprit la correspondance de son énigmatique prévenu : il en devina la clé si ingénieuse, mais cela ne lui servit de rien. Un homme qui avait deviné en lui un rival ou plutôt un maître futur le trahit.

Si les démarches du jeune policier près du bijoutier et de la marquise d’Arlange n’eurent pas le résultat qu’il espérait, c’est que Mme Blanche n’avait pas acheté les boucles d’oreilles qu’elle portait à la Poivrière, elle les avait échangées avec une de ses amies, la baronne de Watchau.

Enfin, si personne à Paris ne s’aperçut de la disparition de Martial, c’est que, grâce à l’entente de la duchesse, d’Otto et de Camille, personne, à l’hôtel de Sairmeuse, ne soupçonna son absence. Pour tous les domestiques, le maître était

  675  

dans son appartement, souffrant; on lui faisait faire des tisanes, on montait son déjeuner et son dîner chaque jour.

Le temps passait cependant, et Martial s’attendait bien à être renvoyé devant la cour d’assises et condamné sous le nom de Mai, lorsque l’occasion lui fut bénévolement offerte de s’évader.

Trop fin pour ne pas éventer le piège, il eut dans la voiture cellulaire, quelques minutes d’horrible indécision...

Il se hasarda, cependant, s’en remettant à sa bonne étoile...

Eh bien il fit, puisque, dans la nuit même, il franchissait le mur du jardin de son hôtel, laissant en bas, comme otage aux mains de Lecoq, un misérable qu’il avait ramassé dans un bouge, Joseph Couturier...

Prévenu par Mme Milner, grâce à la fausse manoeuvre de Lecoq, Otto attendait son maître.

En un clin d’oeil la barbe de Martial tomba sous le rasoir, il se plongea dans un bain qu’on tenait tout prêt, et ses haillons furent brûlés... Et c’est lui qui, lors des perquisitions, quelques instants après, osa crier :

— Laissez Otto, laissez messieurs les agents faire leur métier.

Mais ce n’est qu’après le départ de ces agents qu’il respira.

— Enfin !... s’écria-t-il, l’honneur est sauf ! Nous avons joué Lecoq...

Il venait de sortir du bain et avait passé une robe de chambre, quand on lui apporta une lettre de la duchesse.

Brusquement il rompit le cachet.

 

«Vous êtes sauvé, vous savez tout, je meurs. Adieu, je vous aimais...»

 

En deux bonds, il fut à l’appartement de sa femme. La porte de la chambre était fermée, il l’enfonça; trop tard !...

Mme Blanche était morte, comme Marie-Anne, empoisonnée ...  Mais elle avait su se procurer un poison foudroyant, et étendue tout habillée sur son lit, les mains jointes, sur la poitrine, elle semblait dormir...

Une larme brilla dans les yeux de Martial.

— Pauvre malheureuse !...  murmura-t-il, puisse Dieu te pardonner comme je te pardonne, toi dont le crime a été si effroyablement expié ici-bas !

  676  

 

 

Haut de la page

Ce site a été développé avec Explorer 6 en mode 800

Ce site a été développé avec Explorer 6 en mode 800 * 600 pixels et avec Explorer 7 en mode 1440 * 900 pixels.

© Jean Pelletier 2003-2016 pour le site internet.

© respectif pour chacun des auteurs cités.