En-tete de pages
Page d'accueil
 A venir   Aide   Autos   Contact   Liens  
 Livres   Nouveautés  Photos

Page sur Émile Gaboriau

 

Monsieur Lecoq (1869)

menu_gaboriau_lecoq_chapitres

Monsieur Lecoq

Première partie

Chapitre I

Chapitre II

Chapitre III

Chapitre IV

Chapitre V

Chapitre VI

Chapitre VII

Chapitre VIII

Chapitre IX

Chapitre X

Chapitre XI

Chapitre XII

Chapitre XIII

Chapitre XIV

Chapitre XV

Chapitre XVI

Chapitre XVII

Chapitre XVIII

Chapitre XIX

Chapitre XX

Chapitre XXI

Chapitre XXII

Chapitre XXIII

Chapitre XXIV

Chapitre XXV

Chapitre XXVI

Chapitre XXVII

Chapitre XXVIII

Chapitre XXIX

Chapitre XXX

Chapitre XXXI

Chapitre XXXII

Chapitre XXXIII

Chapitre XXXIV

Chapitre XXXV

Chapitre XXXVI

Chapitre XXXVII

Chapitre XXXVIII

Chapitre XXXIX

Chapitre XL

Chapitre XLI

Chapitre XLII

Chapitre XLIII

Deuxième partie

Chapitre I

Chapitre II

Chapitre III

Chapitre IV

Chapitre V

Chapitre VI

Chapitre VII

Chapitre VIII

Chapitre IX

Chapitre X

Chapitre XI

Chapitre XII

Chapitre XIII

Chapitre XIV

Chapitre XV

Chapitre XVI

Chapitre XVII

Chapitre XVIII

ChapitreXIX

Chapitre XX

Chapitre XXI

Chapitre XXII

Chapitre XXIII

Chapitre XXIV

Chapitre XXV

Chapitre XXVI

Chapitre XXVII

Chapitre XXVIII

Chapitre XXIX

Chapitre XXX

Chapitre XXXI

Chapitre XXXII

Chapitre XXXIII

Chapitre XXXIV

Chapitre XXXV

Chapitre XXXVI

Chapitre XXXVII

Chapitre XXXVIII

Chapitre XXXIX

Chapitre XL

Chapitre XLI

Chapitre XLII

Chapitre XLIII

Chapitre XLIV

Chapitre XLV

Chapitre XLVI

Chapitre XLVII

Chapitre XLVIII

Chapitre XLIX

Chapitre L

Chapitre LI

Chapitre LII

Chapitre LIII

Chapitre LIV

Chapitre LV

Épilogue

 

 

 

                 Classement de sites - Inscrivez le vôtre!        

  Première partie - L'enquête - Chapitre XV

 

 

 

Les lendemains de crimes mystérieux et de catastrophes dont les victimes n’ont pas été reconnues sont les grands jours de la Morgue.

Dès le matin, les employés se hâtent, tout en échangeant des plaisanteries à faire frissonner. Presque tous sont très gais, par suite d’un impérieux besoin de réagir contre l’horrible tristesse de ce qui les entoure.

— Nous aurons du monde, aujourd’hui, disent-ils.

Et de fait, quand Lecoq et son cocher atteignirent le quai, ils purent de loin distinguer des groupes nombreux et animés qui stationnaient autour du lugubre monument.

Les journaux avaient rapporté l’affaire du cabaret de la veuve Chupin, et dame ! on voulait voir...

Sur le pont, Lecoq se fit arrêter, et sauta sur le trottoir.

— Je ne veux pas descendre de voiture devant la Morgue, dit-il.

Puis, tirant alternativement sa montre et son porte-monnaie, il poursuivit :

— Nous avons, mon brave, une heure quarante minutes par conséquent, je vous dois...

— Ah ! ... rien du tout ! ... répondit impérieusement le cocher.

— Cependant...

— Non !... pas un sou. Je suis trop vexé d’avoir dépensé l’argent de ces satanées coquines ...  Je voudrais, tenez, que ce que j’en ai bu m’eût donné la colique. Ainsi, ne vous gênez pas... s’il vous faut une voiture, prenez la mienne, pour rien, jusqu’à ce que vous ayez pincé les scélérates.

Lecoq n’était pas riche à cette époque ; il n’insista plus.

— Vous avez bien pris mon nom au moins, poursuivit le cocher, et mon adresse ?...

— Assurément !...  Il faudra que le juge d’instruction entende votre déposition. Vous recevrez une assignation...

- Eh bien ! c’est ça... Papillon (Eugène), cocher, chez M. Trigault... Je loge chez lui, parce que, voyez-vous, je suis un son associé.

Déjà le jeune policier s’éloignait.  Papillon le rappela. 

- En sortant de la Morgue, lui dit-il, vous irez bien quelque part... vous m’avez déclaré que vous aviez un rendez-vous, et que vous-même vous étiez en retard.

— Sans doute, on m’attend au Palais de Justice, mais c’est à deux pas...

  82  

- N’importe... je vais vous espérer au coin au quai. Ah ! ...  ce n’est pas la peine de répondre non, je l’ai mis dans ma tête et je suis Breton. C’est un service que je vous demande gardez-moi au moins pour les trente francs des coquines.

Il y eût eu cruauté à repousser cette requête. Lecoq fit donc un geste d’assentiment et se dirigea rapidement vers la Morgue.

S’il y avait tant de monde aux alentours, c’est que le sinistre établissement était plein, et on faisait queue littéralement.

Lecoq pour pénétrer dut jouer énergiquement des coudes. 

Au-dedans, c’était hideux. Oui, hideux, à se demander quelles dégoûtantes émotions venaient chercher là ces féroces curieux.

Il y avait des femmes en grand nombre, des jeunes filles aussi.

Les petites ouvrières qui, en se rendant à leur ouvrage, sont obligées de passer aux environs font un détour pour venir contempler la moisson de cadavres inconnus que donnent quotidiennement le crime, les accidents de voitures, la Seine et le canal Saint-Martin. Les plus sensibles restent à la porte, les intrépides entrent, et en ressortant, racontent leurs impressions. Quand il n’y a personne, que les dalles chôment, elles ne sont pas contentes... C’est à y pas croire.

Mais il y avait, ce matin-là, chambrée complète. Toutes les dalles, hormis deux, étaient occupées.

L’atmosphère était infâme. Un froid malsain tombait sur les épaules, et au-dessus de la foule planait comme un brouillard infect, tout imprégné des âcres odeurs du chlore, destiné à combattre les miasmes.

Et aux chuchotements des causeries, entrecoupées d’exclamations et de soupirs, se mêlaient, ainsi qu’un accompagnement continu, le murmure des robinets, placés au chevet de chaque dalle, et le sourd clapotis de l’eau qui coulait et tombait en s’éclaboussant.

Par les petites fenêtres cintrées, la lumière glissait blafarde sur les corps exposés, faisait saillir énergiquement les muscles, accusait les marbrures des chairs verdâtres, et éclairait sinistrement les haillons pendus autour de l’amphithéâtre, défroques horribles qui doivent aider aux reconnaissances, et qui, au bout d’un certain temps, sont vendues...  rien ne se perd.

Mais le jeune policier était trop à ses pensées pour remarquer les hideurs du spectacle.

A peine donna-t-il un coup d’oeil aux trois victimes de l’avant-veille.  Il cherchait le père Absinthe et ne le découvrait pas.

Gévrol, volontairement ou non, avait-il manqué à ses promesses, ou bien le vieil homme de la rue de Jérusalem s’était-il oublié à sa goutte matinale et avait-il bu la consigne ?

  83  

En désespoir de cause, Lecoq s’adressa au chef des gardiens.

— Il paraît, demanda-t-il, que personne encore, n’a reconnu un seul des malheureux de l’affaire de l’autre nuit ?

— Personne !... Et cependant, depuis l’ouverture, nous avons un monde fou. Moi, voyez-vous, si j’étais le maître, des jours comme aujourd’hui, je demanderais deux sous par personne, à la porte, demi-place pour les enfants, et on ferait de fameuses recettes... on couvrirait les frais...

Cette idée ainsi émise était un appât à la conversation. Lecoq ne le saisit pas.

— Excusez, interrompit-il. — Ne vous a-t-on pas, dès ce matin, envoyé un agent du service de la Sûreté ?

— En effet.

— Alors, où est-il passé ?... Je ne l’aperçois pas.

Le gardien, avant de répondre, toisa d’un oeil soupçonneux ce questionneur acharné, et enfin, d’un ton hésitant, il dit :

— En êtes-vous ?...

Cette phrase fut lancée dans la circulation, à l’époque où prospéraient d’immondes agents provocateurs; sous la Restauration, elle s’appliquait uniquement à la police. «On en était ou on n’en était pas.» La phrase a survécu aux circonstances.

— J’en suis, répondit le jeune policier, exhibant sa carte à l’appui de son affirmation.

— Et vous vous nommez ?

— Lecoq.

La physionomie du gardien-chef se fit soudainement souriante :

— En ce cas, dit-il, j’ai une lettre pour vous, qui vient de m’être remise par votre camarade, lequel était forcé de s’absenter... La voici.

Le jeune agent rompit immédiatement le cachet, et lut :

Monsieur Lecoq ...

Monsieur ! ... Cette simple formule de politesse amena sur ses lèvres un léger sourire. N’était-ce pas, de la part du père Absinthe, la reconnaissance explicite de la supériorité de son collègue ? Le jeune policier devina là un dévouement canin qu’il devait payer par cette protection affectueuse du maître pour son premier disciple.

Cependant, il poursuivait sa lecture :

Monsieur Lecoq, j’étais de faction depuis l’ouverture, quand vers neuf heures trois jeunes gens sont entrés bras-dessus bras-dessous. Ils avaient la tournure et le genre d’employés de magasin. Tout à coup j’en vois un qui devient plus blanc que sa chemise, et qui montre aux autres un de nos inconnus de chez la Chupin, en disant : Gustave !...

Aussitôt ses camarades lui mettent la main sur la bouche, en répétant: Vas-tu te taire, fichue bête ! De quoi te mêles-tu ? Veux-tu donc nous faire arriver de la peine ?     

  84  

Là-dessus ils sortent, et moi, je sors derrière eux.

Mais celui qui avait parlé était si ému qu’il pouvait plus se traîner, de sorte que les autres l’on y conduit dans un petit caboulot.

J’y suis entré, moi aussi, et c’est là que je vous fais cette lettre, tout en les guignant du coin de l’oeil. Le gardien-chef vous remettra ce papier qui vous expliquera mon absence. Vous comprenez que je vais «filer» ces gaillards là.

ABS.

Cette lettre était d’une écriture presque indéchiffrable, les fautes d’orthographe s’entrelaçaient de ligne en ligne, mais elle était claire et précise et devait éveiller les plus flatteuses espérances.

Le visage de Lecoq rayonnait donc, quand il remonta en voiture, et tout en poussant son cheval, le vieux cocher ne put se tenir de questionner.

— Cela va comme vous voulez ? dit-il.

Un «chut» amical fut la seule réponse du jeune policier. II n’avait pas trop de toute son attention pour coordonner dans son esprit ses renseignements nouveaux.

Descendu devant la grille du Palais, il eut bien de la peine à congédier le vieux cocher, qui voulait absolument rester à ses ordres. Il y réussit cependant, mais il était déjà sous le porche de gauche, que le bonhomme, debout sur son siège,
lui criait encore :

- Chez M. Trigault !... n’oubliez pas !... le père Papillon...  numéro 998 — 1.000 moins deux.

Parvenu au troisième étage de l’aile gauche du Palais, à l’entrée de cette longue, étroite et sombre galerie qu’on appelle la galerie de l’instruction, Lecoq s’adressa à un huissier installé derrière un bureau de chêne.

— M. d’Escorval est sans doute dans son cabinet, demanda-t-il.

L’huissier hocha tristement la tête.

— M. d’Escorval, répondit-il, n’est pas venu ce matin et il ne viendra pas d’ici des mois...

- Comment cela ?... Que voulez-vous dire ?

— Hier soir en descendant de son coupé, à sa porte, il est tombé si malheureusement qu’il s’est cassé la jambe.

   85  

 

 

Haut de la page

Ce site a été développé avec Explorer 6 en mode 800

Ce site a été développé avec Explorer 6 en mode 800 * 600 pixels et avec Explorer 7 en mode 1440 * 900 pixels.

© Jean Pelletier 2003-2016 pour le site internet.

© respectif pour chacun des auteurs cités.