Poirot : Le Noël d'Hercule Poirot (1938)

Tous les titres :

A.B.C. contre Poirot

À l'hôtel Bertram

Affaire Prothéro ( L')

Aventure de l'"Étoile de l'Ouest" (L')

Aventure de l'appartement bon marché (L')

Aventure du tombeau égyptien (L')

Cadavre dans la bibliothèque (Un)

Cartes sur tables

Chat et les pigeons (Le)

Cheval à bascule (Le)

Cheval pâle (Le)

Cinq heures vingt-cinq

Cinq petits cochons

Club du mardi (Le)

Couteau sur la nuque (Le)

Crime d'Halloween (Le)

Crime de l'Orient-Express (Le)

Crime de Regent's Court (Le)

Crime du golf (Le)

Demoiselle de compagnie (La)

Destination inconnue

Dernière énigme (La)

Disparition de Mr. Davenheim (La)

Dix petits nègres

Double péché

Drame en trois actes

Énigme du testament de Mr. Marsh (L')

Enlèvement du Premier Ministre (L')

Flux et le reflux (Le)

Géranium bleu (Le)

Guêpier (Le)

Heure zéro (L')

Homme au complet marron (L')

Indice de trop (Un)

Indiscrétions d'Hercule Poirot (Les)

Jeux de glaces

Lingots d'or (Les)

Maison biscornue (La)

Major parlait trop (Le)

Mémoire d'éléphant (Une)

Meurtre au champagne

Meurtre de Roger Ackroyd (Le)

Meurtre en Mésopotamie

Meurtre sera commis le ... (Un)

Mort avait les dents blanches (Le)

Mort n'est pas une fin (La)

Mort sur le Nil

Motif contre occasion

Mrs Mac Ginty est morte

Mystère de Hunters's Lodge (Le)

Mystère du bahut espagnol (Le)

Mystère du vase bleu (Le)

Mystérieuse affaire de Styles (La)

N. ou M.

Némésis

Noël d'Hercule Poirot (Le)

Noyée au village (Une)

Nuit qui ne finit pas (La)

Pendules (Les)

Pension Vanilos

Plume empoisonnée (La)

Poignée de seigle (Une)

Poirot joue le jeu

Poirot quitte la scène

Pouce de saint Pierre (Le)

Poupée de la couturière (La)

Quatre (Les)

Quatre suspects (Les)

Rendez-vous à Bagdad

Rendez-vous avec la mort

Retour d'Hercule Poirot (Le)

Rêve (Le)

Sanctuaire d'Astarté (Le)

Sept cadrans (Les)

Seuil ensanglanté (Le)

Signal rouge (Le)

S.O.S.

Témoin indésirable

Témoin muet

Témoin à charge

Trio à Rhodes

T.S.F.

Train bleu (Le)

Tragédie de Mardson Manor (La)

Train de 16 h 50 (Le)

Troisième fille (La)

Vacances d'Hercule Poirot (Les)

Vallon (Le)

Vol d'un million de dollars de bons

Dans Le Noël d'Hercule Poirot d'Agatha Christie, avant de chercher le coupable, on s'interroge d'abord au sujet de la victime, car il n'y en a pas au début.  Siméon Lee est un bon candidat à l'homicide, parce que tout le monde a de bonnes raisons de souhaiter la mort de cet exécrable vieillard.  Mais qui a bien pu passer à l'acte ?  Y a-t-il un seul coupable ou plusieurs, comme dans Le crime de l'Orient Express ?

Les enfants de Siméon sont, bien entendu, les premiers suspects.  Ils souhaitaient, sans doute, avoir leurs parts d'héritage le plus rapidement possible.  Spécialement George, le politicien fanfaron aux abois, duquel Siméon se proposait de diminuer la pension.  George aurait pu assassiner son père pour éviter cet inconvénient.

David avait une bonne raison d'en vouloir à son père, à cause de ce que Siméon avait fait subir à sa femme Adélaïde.  Siméon trompait et bafouait publiquement sa femme.

Alfred, quant à lui, aurait pu tuer son père pour se venger de toutes les vexations endurées.

Les mobiles donnés pour les fils de Siméon valent aussi pour les épouses de chacun, parce qu'en principe les femmes doivent être solidaires de leurs maris et qu'elles ont les mêmes intérêts financiers.

Harry est un bon suspect (trop suspect ?).  C'est un vaurien qui n'en est pas à son premier mauvais coup.

Sydney Horbury est aussi tellement suspect, tout le monde le déteste, qu'on flaire le piège tendu par Agatha Christie.  Horbury a bel et bien quelque chose à se reprocher, mais pas le meurtre de Siméon.

On s'interroge au sujet de Stéphen Farr et de Pilar Estravados, surtout parce qu'on ne les connaît pas.  Sont-ils réellement ce qu'ils prétendent être ?  Pilar pouvait avoir assassiné Siméon Lee parce qu'elle avait volé les diamants du coffre-fort.  En plus, Pilar manifeste des idées curieuses sur le crime et la cruauté.  Par contre, Pilar et Stéphen sont une belle jeune femme et un beau jeune homme qui semblent avoir de l'attirance l'un pour l'autre.  S'ils doivent se marier, ils ne seront coupables ni l'un ni l'autre.

Alfred et David avaient de bonnes raisons de tuer leur père, mais ce qui plaide pour eux c'est qu'ils sont bien mariés.  Hilda et Lydia sont des femmes, pas trop jolies, mais intelligentes et pleines de bon sens.  C'est tout ce qu'il faut aux épouses honorables.  Ce serait un terrible gâchis de sacrifier des gens de la bonne société aussi corrects.

George est moins bien marié que ses deux frères, c'est pourquoi lui et sa femme sont dépréciés par la romancière.  Magdalene Lee est un ancien mannequin, qui sait encore aguicher les hommes.  Elle pourrait éventuellement tromper son mari.  Magdalene est trop jolie, au moins vingt ans plus jeune que son mari et a des idées trop modernes.  Il n'est donc pas étonnant que Magdalene et George n'aient pas d'enfants, parce que, dans les romans, les enfants ont tendance à être distribués selon des critères moraux.

En plus d'être mal marié, George Lee représente peut-être le mauvais côté du politicien : le politicien fanfaron, populiste et corrompu.  Tandis que Stephen Farraday de Meurtre au champagne représente le politicien homme d'État.  Les politiciens sont nécessaires et méritants quand ils font leur devoir.

Toutefois, Madgalene et George appartiennent à la bonne société, comme Alfred et David.  Ils ne seront pas coupables.

Le coupable n'est aucun des suspects les plus évidents.  Agatha Christie connaissait parfaitement les règles du roman policier, aussi, de temps à autres, s'autorisait-elle à ne pas les respecter.  Dans un certain roman, le coupable est le narrateur, dans un autre tous les suspects sont coupables, ici, le coupable est un des policiers.

En fait, Siméon Lee est puni exactement là où il a péché.  Au 19ème siècle, les hommes n'avaient pas le droit de faire des enfants à d'autre femme que la leur.  Siméon Lee a été tué par un de ses nombreux bâtards.  Siméon Lee était coupable d'avoir fait des enfants à d'autres femmes que la sienne.  Il était aussi coupable d'avoir bafoué publiquement sa femme.  Agatha Christie devait être particulièrement sensible aux égards dus aux épouses.  Amyas Crale des Cinq petits cochons est puni, comme le vieux Lee, pour ne pas avoir respecté son mariage et sa femme.

La déclaration de Siméon Lee selon laquelle il a toujours fait tout ce qui lui plaisait, sans se préoccuper des conséquences, est une déclaration stupide.  Il faut toujours se préoccuper des conséquences, sinon c'est l'anarchie.

On le voit, chez Agatha Christie, ceux qui respectent le mariage et les conventions sociales sont les plus favorisés.  A cet égard, il y a des préjugés de classe sociale, d'honorabilité et de nationalité.

Jennifer Lee, qui s'était mariée avec un Espagnol en a payé le prix.  Son mari est mort en prison après avoir commis un meurtre.  Elle-même est morte.  Sa fille Pilar aussi.  C'est un désastre.  Aucune de ces personnes n'a hérité de Siméon.

La personne qui se prétendait Pilar Estravados n'était, en réalité, qu'une connaissance de Pilar.  La fausse Pilar va épouser Stéphen Farr, un des bâtards de Siméon Lee, et les deux iront s'établir en Afrique du Sud, car, dans les colonies, on accepte les gens qui ne sont pas tout à fait en règle avec les lois et la morale.

Haut de la page

Best, Grace.

Femme de chambre chez Siméon Lee.

Buckle, Doris.

Amie de Sydney Horbury; travaille aux Laiteries réunies; plutôt simple d'esprit.

Champion, Walter.

Valet de pied de Siméon Lee.

Charlton.

Notaire de Siméon Lee; de la vieille école; œil bleu observateur.

Estravados, Juan.

Mari de Jennifer Lee; artiste espagnol; père de Pilar; mort en de tragiques circonstances; assassin; très beau; cheveux noirs; yeux bleu sombre; mère irlandaise; tua un homme dans un café après une querelle au sujet d'une femme; mort en prison.

Estravados, Pilar.

Jeune fille; cheveux noirs; teint mat; yeux profonds et sombres comme la nuit; yeux tristes et fiers de méridionale; vêtue pauvrement; superbe créature; voix délicieuse pleine de soleil; vient d'Espagne; mère Anglaise; jolies lèvres cruelles; fille de Jennifer Lee; n'a pas un sou vaillant; lèvres rouges et sensuelles; aime les hommes grands et bien bâtis; aime voir les gens se quereller; sang espagnol irlandais anglais et bohémien; en réalité la véritable Pilar Estravados est morte; connaissait Pilar; se faisait passer pour Pilar; vrai nom = Conchita Lopez; va épouser Stéphen Farr et aller en Afrique du Sud; [faite pour vivre à l'étranger, sang un peu trop chaud].

Farr, Ebenezer.

Dit Eb; ancien associé de Siméon Lee; père de Stéphen; vieux.

Farr, Stéphen.

40 ans; bel homme; visage bronzé; nez busqué; épaules carrées; blond; voix ample et forte; agréable; vient de l'Afrique du Sud; fils d'Ebenezer; yeux bleus; grand; en réalité Stéphen Grant; connaissait les Farr; en réalité fils illégitime de Siméon Lee.

Finch, Jasper.

Honorable; ancien employeur de Sydney Horbury.

Horbury, Sydney.

Sombre; face glabre; pas aimé par Lydia et Alfred; aimé par Mr. Lee; valet de chambre de Siméon Lee; marche sans bruit; physionomie peu agréable; a été au service du major West et de l'honorable Jasper Finch; répugnant; antipathie de Poirot; maître-chanteur; acquitté faute de preuves; à l'affût de scandales.

Johnson.

Colonel; chef constable du Middleshire; ami d'Hercule Poirot; supérieur de Snudgen.

Jones.

Commandant; ancien amant de Magdalene Lee; se faisait passer pour son père.

Jones, Quennie.

Aide de cuisine chez Siméon Lee.

Kench, Joan.

Petite bonne à tout faire chez Siméon Lee; brave petite; un peu sotte.

Lee, Adélaïde.

Morte; toujours malade; souvent en pleurs; manquait d'énergie; si douce; si patiente; jolie et fraîche comme une rose à son mariage; était une sainte; morte de chagrin ?; long visage plein de douceur; blonde; yeux bleus très tendres; femme de Siméon.

Lee, Alfred.

Belle carrure; âge moyen; visage agréable; yeux châtain clair; calme; esclave de son père; aime pas Magdalene; indulgent; mari de Lydia; aîné; déteste Harry; surnommé Piane-Piane par Harry; fils de Siméon; hérite de la moitié des biens de son père; va vendre la propriété de son père.

Lee, David.

Frère d'Alfred; bizarre; énerve son père; musicien; rêveur; mari d'Hilda; longues mains délicates; blond; yeux bleus; se repose sur sa femme; visage extrêmement jeune; déteste son père à cause de ce qu'il a fait à sa mère; fils de Siméon; air jeune.

Lee, George.

Mari de Magdalene; s'est toujours conduit comme un fou; a bien réussi sa carrière; membre du parlement pour le comté de Westeringham; belle corpulence; 41 ans; yeux bleu pâle; mâchoire épaisse; parle lentement; pédant; radin; a une rente de son père; cervelle vide; fils Siméon.

Lee, Harry.

Fils de Siméon; a toujours été un mauvais sujet; endetté; a eu pas mal d'histoires; voyage à l'étranger; demande de l'argent; se moquait d'Alfred; vêtements bon marché de couleur criarde; mâchoire arrogante; grand nez busqué; yeux rieurs; audacieux; chapeau excentrique; effronté mais plein de charme; ressemble à son père; fanfaron; a déjà volé une forte somme d'argent en imitant la signature de son père sur un chèque; a été en prison; gibier de potence; part pour Hawaï.

Lee, Hilda.

Femme de David; grosse; pas jolie mais dégageant un certain magnétisme; énergie vitale; tendre sollicitude; âge mûr; puissante personnalité; pleine de bon sens; coiffure sans goût; robe démodée; yeux couleur noisette; brave femme.

Lee, Jennifer.

Fille de Siméon; s'est enfuie avec un artiste espagnol; morte voilà un an en laissant une fille; mère de Pilar Estravados; veuve de Juan.

Lee, Lydia.

Mince et souple; vivacité extraordinaire; pas belle mais distinguée; fines épaules; aime pas le père d'Alfred; femme d'Alfred; intelligente; bien habillée; déteste Horbury; épouse parfaite.

Lee, Magdalene.

20 ans plus jeune que son mari; femme de George; très jolie; blonde platinée; sourcils épilés; figure d'un parfait ovale; yeux couleur de noisette; déteste Horbury; [+- pute]; ancien mannequin; petite bouche un peu sotte; svelte; regard dur; sait aguicher les hommes; sans cervelle ?; soucieuse de sa toilette; joue la comédie ?; cupide; très moderne; avant son mariage a vécu avec le commandant Jones.

Lee, Siméon.

Père d'Alfred David George Jennifer et Harry; tyrannique; très vieux; généreux pour l'argent; malade; cloué dans son lit; a eu une vie aventureuse; veuf d'Adélaïde; infidèle; se vantait de ses bonnes fortunes devant sa femme et l'humiliait à tout propos; [victime ? Oui]; deux fois millionnaire; a fait fortune en Afrique du Sud dans les mines de diamants; maigre et décrépit; doigts semblables à des serres d'oiseau de proie; cheveux blancs; peau du visage jaune et ridée; feux sombres des prunelles; fier; a toujours fait ce qui lui plaisait sans réfléchir aux conséquences; cruel; a été méchant; n'a aucun remords; a commis tous les péchés; a eu des aventures; pas de petits fils; préfère Harry; n'oublie jamais; a mis un homme sur la paille; assassiné horriblement; le cou tranché; bizarre; sadique; arthritique; victime de Snugden; [qui utilise l'épée périra par l'épée]; [punition : aucun petit enfant]; [anarchie].

Moscombe, Béatrice.

Femme de chambre de Siméon Lee.

Poirot, Hercule.

Réputé; moustache noire et luxuriante; détective étranger.

Reeves, Emily.

Cuisinière de Siméon Lee.

Snugden.

Commissaire de police; bel homme; conscient de son importance; forte carrure; allure militaire; nez aquilin; mâchoire forte; magnifique moustache châtain clair; stricte moralité; en réalité fils illégitime de Siméon Lee; assassin de Siméon Lee; ne regrette pas son acte.

Spent, Gladys.

Première femme de chambre chez Siméon Lee.

Strange, Bartholomé.

Sir; empoisonné par la nicotine.

Tressilian, Edward.

Vieux maître d'hôtel; cheveux blancs; dos légèrement voûté; serviteur fidèle; depuis quarante ans chez les Lee; de la vieille école; dévoué à toute la famille.

West.

Major; ancien employeur de Sydney Horbury.

Haut de la page

- 1 -

Partout du monde [dans un train] ! Une multitude de gens … Et tous si … comment dire ? … si ternes ! C'était bien cela : une foule monotone. Tous ces individus se ressemblaient ! Ceux qui n'avaient pas des profils de moutons avaient des têtes de lapins. Quelques-uns bavardaient et se donnaient de l'importance. D'autres, des hommes d'âge mûr, au corps épais, grognaient. Ceux-là rappelaient plutôt les habitants de la porcherie. Les jeunes filles, elles-mêmes, avec leur taille élancée, leur visage ovale et leurs lèvres rouges, offraient une uniformité déprimante.

[Le temps est couvert.  Pessimisme]   


- 2 -

- [David Lee] Elle [Adélaïde Lee] était si douce et si patiente, Hilda ! Je la vois sur son lit de malade, souffrant sans se plaindre … Dieu seul sait ce qu'elle a enduré. Et quand je songe à mon père … (Son visage s'assombrit.) Mari infidèle, il la rendait malheureuse … il se vantait de ses bonnes fortunes devant elle et l'humiliait à tout propos.

- [Hilda] Au lieu de se résigner, elle aurait dû le quitter.

Sur un ton de reproche, David répliqua :

- Elle était bien trop bonne pour cela ! Elle croyait de son devoir de rester près de lui. En outre, où serait-elle allée si elle avait quitté sa maison ?

- Elle aurait pu refaire sa vie ailleurs.

- Pas à cette époque ! Tu ne comprends pas. En ce temps-là les femmes ne se comportaient pas comme aujourd'hui. Elles supportaient tout patiemment et pensaient aux leurs avant de prendre une telle décision. Mettons qu'elle ait obtenu le divorce, que serait-il arrivé ? Mon père se serait remarié et aurait fondé un autre foyer. Elle devait songer aux intérêts de ses enfants.

Hilda demeura silencieuse et David ajouta :

- Elle a bien agi. C'était une sainte. Elle souffrit jusqu'au bout … sans se plaindre.


- 3 -

- [Siméon Lee] Ah ! Mais moi j'ai été plus méchant que les autres hommes, déclara son grand-père en ricanant. Je ne regrette rien … rien du tout ! Je me suis bien amusé. On dit qu'on se repent dans sa vieillesse des fautes de sa jeunesse. Quelle sottise ! Moi, je n'éprouve aucun remords … Pourtant, j'ai commis tous les péchés … Et les femmes … J'en ai eu des aventures dans ma vie ! On m'a parlé l'autre jour, d'un chef arabe qui possédait une garde personnelle formée de quarante de ses fils … tous à peu près du même âge ! Ah. Quarante ! Je ne sais si j'arriverais à quarante, mais je pourrais me découvrir une garde assez nombreuse si je recherchais mes bâtards !


- 4 -

- [La fausse Pilar Estravados]  En Espagne, nous avons un proverbe qui dit : Prenez ce qui vous plaît, pourvu que vous y mettiez le prix, et Dieu sera content.

[Comme dans Cinq petits cochons]


- 5 -

- [Hilda] Il [Siméon Lee] prenait plaisir à réveiller les instincts les plus mauvais de la nature humaine. Il y avait chez lui … comment pourrais-je dire ? … une sorte de sadisme. Il voulait voir les membres de sa famille à couteaux tirés les uns contre les autres.


- 6 -

- [Snugden] Mr. [Siméon] Lee était vif et emporté, et, naturellement, il courait après les femmes … du moins lorsqu'il était plus jeune. Depuis plusieurs années, il ne sortait plus. Mais, là aussi, il se montrait large. S'il arrivait une histoire, il payait royalement et presque toujours établissait la fille. Il avait une conduite déplorable et négligeait sa femme qui mourut, dit-on, de chagrin. La pauvre Mrs. Lee était toujours malade. Son époux la rendit vraiment très malheureuse. La méchanceté de Mr. Lee ne laisse aucun doute. Il était, en outre, rancunier. Si on lui avait joué un tour, il se vengeait un jour ou l'autre et, à ce qu'on dit, il savait attendre le moment propice.

Haut de la page