Poirot : Le mystère du bahut espagnol (1960)

Dans Les enquêtes d'Hercule Poirot

Margharita Clayton du Mystère du bahut espagnol d'Agatha Christie doit bien être une étrangère.  Italienne ?  Espagnole ?  Cette femme trop belle séduit tous les hommes et peut être la cause de nombreuses tragédies.

Charles Rich était le suspect le plus évident.  On ne pouvait pas s'attendre à ce que ce soit lui le coupable.

Lire aussi Meurtre au champagne, Trio à Rhodes et Les vacances d'Hercule Poirot.

Haut de la page

Adams, Mrs.

 Femme d'un banquier; a été la maîtresse d'un jeune peintre; son mari s'est tiré une balle dans la tête; n'a pas épousé le peintre a épousé un jeune avoué; sirène.

Burgess, William.

Valet de chambre de Charles Rich; 37-38 ans; a été ordonnance dans l'armée; pas bavard; plutôt chétif; tête rentrée dans les épaules; visage tout pâle; voix atone; accent provincial; yeux bleu pâle.

Chatterton, Abbie.

Lady; femme du lord; a de l'esprit; originale; énergique; connaissance d'Hercule Poirot; beauté trop gâtée.

Chatterton, Lord.

Pair du royaume; ordinaire; mari d'Abbie.

Clayton, Arnold.

Mort; mari de Mrs; travaillait au ministère des Finances; 55 ans; très réservé; très intelligent; ne dansait pas; sortait guère; victime de Jock McLaren.

Clayton, Margharita.

Femme d'Arnold; de quelques années plus jeune que son mari; amie d'Abbie Chatterton; front large; cheveux noirs; yeux gris; teint pâle; Italienne ?; séduisante; peu intelligente; aime Charles Rich; mariée depuis onze ans; candide; effet dévastateur sur les hommes; femme fatale.

, George.

Valet de chambre d'Hercule Poirot.

Hastings.

Ami d'Hercule Poirot; [absent]; romantique.

Johnston.

Connaissance d'Arnold Clayton.

Lemon.

Miss; très efficace secrétaire d'Hercule Poirot; paraît tout en angles; machine humaine; instrument de précision d'une terrifiante efficacité; 48 ans; aucune imagination.

McLaren, Jock.

Commandant; 46 ans; le cœur sur la main; solide comme un roc; grand; teint basané; peu communicatif; visage rude mais pas désagréable; amoureux de Margharita Clayton depuis ses seize ans à elle; assassin d'Arnold Clayton; livré à la justice.

Miller.

Inspecteur; dédaigneux.

Poirot, Hercule.

Ponctuel; préfère les femmes avec des rondeurs voluptueuses; [allusion à la comtesse Vera Rossakoff]; sublime moustache; a le bras assez long au ministère de l'Intérieur et à Scotland Yard; vieux; accent étranger.

Rich, Charles.

Major; célibataire fortuné; 48 ans; à la retraite; aime Margharita Clayton; mâchoire volontaire; visage étroit; brun; mince; musclé et nerveux; ressemble à un lévrier; impénétrable; brillantes études; très intelligent.

Spence, Jeremy.

Travaille dans l'administration; 37 ans; mari de Linda; dit Jim; agréable à voir; bien mis; discret.

Spence, Linda.

Femme de Jeremy; pleine d'esprit; jolie; caustique; séduisante; mince; yeux rusés; visage à la propreté douteuse; bouche rouge cerise; pas très bien habillée

Haut de la page

- 1 -

Hercule Poirot […] était au contraire de la vieille école. Il avait une préférence bien continentale pour les rondeurs - les rondeurs voluptueuses, pourrait-on dire. Il aimait que les femmes soient des femmes, luxuriantes, hautes en couleur, exotiques. Il y avait eu, ainsi, certaine comtesse russe qui … allons, c'était loin, tout cela. Une folie de jeunesse. 


- 2 -

[Hercule Poirot] n'avait jamais considéré miss Lemon comme une femme. C'était une machine humaine, un instrument de précision d'une terrifiante efficacité. Elle avait quarante-huit ans, et la chance de ne posséder aucune imagination.


- 3 -

C'est à Margharita [Clayton] qu'il [Hercule Poirot] pensait. Cette apparente candeur enfantine, cette franche innocence - n'étaient-elles réellement que cela ? Ou masquaient-elles au contraire autre chose ? […] Était-elle de ces simples femmes-enfants qui peuvent se dire à elles-mêmes "je ne suis pas au courant" et s'en convaincre ? Il était conscient du charme qui émanait de Martharita Clayton. Mais n'était pas absolument sûr, à son sujet …

De telles femmes, théoriquement innocentes, pouvaient être la cause de bien des crimes.

De telles femmes pouvaient tuer, sinon par action, à tout le moins par calcul et intention.

Ce n'était jamais leur main qui tenait le fer …

Quant à Margharita Clayton ... non … il ne pouvait jurer de rien ! 


- 4 -

- [Hercule Poirot] […] Pensez [l'inspecteur Miller et Margharita Clayton] aux autres personnages d'Othello. C'est à Iago que nous aurions dû songer. Cette subtile instillation de poison dans l'esprit d'Arnold Clayton, les allusions, les soupçons. L'honnête Iago, l'ami fidèle, l'homme que l'on croit toujours ! Arnold Clayton avait foi en lui. Arnold Clayton l'a laissé pincer la corde de sa jalousie, la tendre jusqu'au point de rupture.

Haut de la page