Poirot : Le crime de l'Orient-Express (1934)

Tous les titres :

A.B.C. contre Poirot

À l'hôtel Bertram

Affaire Prothéro ( L')

Aventure de l'"Étoile de l'Ouest" (L')

Aventure de l'appartement bon marché (L')

Aventure du tombeau égyptien (L')

Cadavre dans la bibliothèque (Un)

Cartes sur tables

Chat et les pigeons (Le)

Cheval à bascule (Le)

Cheval pâle (Le)

Cinq heures vingt-cinq

Cinq petits cochons

Club du mardi (Le)

Couteau sur la nuque (Le)

Crime d'Halloween (Le)

Crime de l'Orient-Express (Le)

Crime de Regent's Court (Le)

Crime du golf (Le)

Demoiselle de compagnie (La)

Destination inconnue

Dernière énigme (La)

Disparition de Mr. Davenheim (La)

Dix petits nègres

Double péché

Drame en trois actes

Énigme du testament de Mr. Marsh (L')

Enlèvement du Premier Ministre (L')

Flux et le reflux (Le)

Géranium bleu (Le)

Guêpier (Le)

Heure zéro (L')

Homme au complet marron (L')

Indice de trop (Un)

Indiscrétions d'Hercule Poirot (Les)

Jeux de glaces

Lingots d'or (Les)

Maison biscornue (La)

Major parlait trop (Le)

Mémoire d'éléphant (Une)

Meurtre au champagne

Meurtre de Roger Ackroyd (Le)

Meurtre en Mésopotamie

Meurtre sera commis le ... (Un)

Mort avait les dents blanches (Le)

Mort n'est pas une fin (La)

Mort sur le Nil

Motif contre occasion

Mrs Mac Ginty est morte

Mystère de Hunters's Lodge (Le)

Mystère du bahut espagnol (Le)

Mystère du vase bleu (Le)

Mystérieuse affaire de Styles (La)

N. ou M.

Némésis

Noël d'Hercule Poirot (Le)

Noyée au village (Une)

Nuit qui ne finit pas (La)

Pendules (Les)

Pension Vanilos

Plume empoisonnée (La)

Poignée de seigle (Une)

Poirot joue le jeu

Poirot quitte la scène

Pouce de saint Pierre (Le)

Poupée de la couturière (La)

Quatre (Les)

Quatre suspects (Les)

Rendez-vous à Bagdad

Rendez-vous avec la mort

Retour d'Hercule Poirot (Le)

Rêve (Le)

Sanctuaire d'Astarté (Le)

Sept cadrans (Les)

Seuil ensanglanté (Le)

Signal rouge (Le)

S.O.S.

Témoin indésirable

Témoin muet

Témoin à charge

Trio à Rhodes

T.S.F.

Train bleu (Le)

Tragédie de Mardson Manor (La)

Train de 16 h 50 (Le)

Troisième fille (La)

Vacances d'Hercule Poirot (Les)

Vallon (Le)

Vol d'un million de dollars de bons

Le crime de l'Orient-Express est une des pirouettes dont Agatha Christie était capable.  La solution finale n'est pas conventionnelle.  Mais, comme nous ne le savons pas au début, essayons de résoudre l'énigme avec les règles déjà apprises.  Il faut se méfier des apparences.  Plus quelqu'un est suspect, plus il est innocent.  Il ne faut être sûr de rien tant qu'on n'a pas lu la dernière page.

Dans chaque roman, il y a des gens qui, en principe, devraient être innocents, par exemple, ceux qui s'occupent de religion, comme Greta Ohlsson.  Le cas de la princesse Dragomiroff est peut-être moins évident, mais elle représente l'anticommunisme.  Agatha Christie prend beaucoup de temps pour dénoncer le communisme, par contrecoup, elle devait considérer positivement ceux qui, comme la princesse Dragomiroff, avaient fui la révolution soviétique.

Dans chaque roman, il y a aussi ceux qui peuvent possiblement être des coupables, comme les étrangers, les divorcés, les enfants illégitimes ou adoptés.  Plus précisément, dans Le crime de l'Orient-Express, les suspects appartiennent à deux types : ceux que des indices matériels relient au crime et ceux qui avaient un mobile pour le commettre.

Comme indices matériels, nous avons un mouchoir de femme marqué d'un H, un cure-pipe, un bouton d'uniforme et un peignoir de soie rouge décoré de dragons brodés.

Plusieurs femmes possèdent des H dans leurs initiales.  Il reste encore à décider laquelle serait la coupable.  Ce n'est même pas Héléna Andrenyi, dont le passeport a été maquillé.  C'est encore plus joli, si la propriétaire du mouchoir est le princesse Dragomiroff dont le prénom Natalia, écrit en russe, commence par la lettre H.  La princesse n'est pas nécessairement coupable pour autant, parce qu'elle représente l'anticommunisme, qu'elle ne possède pas la force physique pour avoir donné tous les coups de couteau et qu'Hildegarde Schmidt témoigne en sa faveur.

Le cure-pipe pourrait appartenir au colonel Arbuthnot, mais MacQueen jure que lui et le colonel se trouvaient ensemble au moment du crime.  Arbuthnot pourrait avoir été dans le compartiment de Ratchett après le meurtre, être innocent et quand même mentir sur son emploi du temps, pour diverses raisons.  On a déjà vu ça.  Mais dans ce cas le colonel aurait-il un alibi ?  MacQueen serait-il le complice d'Arbuthnot ?

Arbuthnot est aussi suspect à cause de la mystérieuse conversation tenue avec Mary Debenham.  Cependant, les deux ont des alibis.  Et quel serait leur mobile ?

Le bouton d'uniforme paraît désigner un des contrôleurs du train, en particulier Pierre Michel, mais plusieurs témoins dénoncent plutôt un faux contrôleur, à la voix de femme, qui serait monté et descendu du train incognito.

Au sujet du peignoir rouge, la romancière allonge la sauce au maximum.  Toutes les femmes sont questionnées, la bonne en dernier, évidemment, la plus plausible peut-être, cependant.  Un peignoir de soie rouge orné de dragons ne doit pas être un vêtement de vieille femme ou de servante.  Le peignoir ne convenait-il pas particulièrement à la comtesse Andrenyi ?  Est-ce à dire que la comtesse est coupable ?  L'accuser formellement, c'est quasiment l'innocenter.  Le peignoir pourrait avoir été utilisé par quelqu'un d'autre.  Que faire des autres indices ?  La comtesse reçoit l'appui de son mari.  Les deux seraient-ils complices ?

Côté étrangers, les Italiens sont particulièrement dans le collimateur : Cassetti et Antonio Foscarelli.  Foscarelli est soupçonné parce que les Italiens sont fort capables de tuer leurs ennemis à coups de couteau.  Il semble pourtant que Foscarelli et Masterman ne se soient pas quitté de la nuit.

Soulignons, en passant, l'existence de ces couples improbables et invraisemblables, qui mettent en relief le côté insolite du Crime de l'Orient-Express.  MacQueen et Arbuthnot.  Peut-on imaginer un Américain et un Anglais parler de politique sans se battre ?  Foscarelli et Masterman.  Comment un Italien et un Anglais peuvent-ils dormir dans le même compartiment et se servir d'alibi l'un à l'autre ?  MacQueen et Ratchett.  Le père de MacQueen était procureur au procès de Cassetti.  MacQueen pouvait-il ignorer que Ratchett était Cassetti ?  S'il le savait pourquoi travaillait-il pour lui ?  On sent parfaitement les sujets de friction entre ces personnages : la politique, la langue, l'accent, les préjugés nationaux, les bandits italiens, etc.  Ces gens ne sont pas faits pour aller ensemble.  Il fallait vraiment une cause d'intérêt supérieur pour les unir.

Si le mobile accepté est de venger la famille Armstrong, les suspects deviennent les membres éventuels de la famille Armstrong, des amis ou des alliés.  Au début, nous savons que la princesse Dragomiroff et MacQueen connaissaient les Armstrong, mais nous ne croyons pas trop à leur culpabilité, pour les raisons déjà mentionnées.

Petit à petit, nous apprenons que les autres voyageurs connaissaient aussi les Armstrong, mais ça complique les choses, au lieu de les simplifier, car il existe toujours des contradictions entre les preuves, le mobile et les alibis.  Ou bien tout le monde est innocent, ce qui est invraisemblable, ou tout le monde est coupable.

A la réflexion, un meurtre commis à plusieurs a toujours été la solution probable de ce mystère.  Les lettres de menaces, soit-disant reçues par Cassetti n'étaient-elles pas écrites par plusieurs personnes.  Les indices désignent plusieurs personnes.  On a jamais pu n'accuser qu'un seul individu.  Il aurait toujours fallu accuser aussi le ou les complices.  Le mobile est partagé par plusieurs.  L'innovation d'Agatha Christie est que, pour cette fois, tous les suspects sont coupables.  Il fallait y penser.

Le crime de l'Orient-Express est l'histoire d'un meurtre commis impunément.  Agatha Christie en était très consciente et a pris les précautions nécessaires pour justifier l'affaire.

La personnalité de Cassetti, d'abord.  La romancière joue le rôle du procureur de l'accusation.  Il n'y a pas d'erreur sur la personne de l'accusé.  Cassetti est bien le coupable recherché.  Cassetti est un criminel particulièrement odieux, puisqu'il tue des enfants pour de l'argent et qu'il aurait pu récidiver.  Agatha Christie montre en plus la détresse des victimes.  Daisy Armstrong était une petite fille que tout le monde adorait.  Le père et la mère sont morts de chagrin.  La famille et les amis sont atterrés, etc.  etc.  Bref, l'identité du coupable est certaine, le crime est certain, de même que le dommage subi par les victimes.  Uniquement dans ces conditions le meurtre de Cassetti peut être justifiable.

Le coupable mérite un châtiment exemplaire.  Douze citoyens prennent la responsabilité de faire justice, parce que la justice officielle a été incapable de châtier le criminel.

La romancière prend une autre précaution.  Cassetti n'est pas assassiné au milieu de Londres ou de New York, mais dans un lieu désertique de la Yougoslavie, pendant une tempête de neige, hors de la civilisation et de l'influence des autorités légales.  Prendre la justice dans ses mains n'est quand même pas une chose banale.

Haut de la page

Arbuthnot.

Colonel; 40-50 ans; haute taille; visage maigre; peau hâlée; tempes grisonnantes; voix autoritaire; de retour des Indes; Anglais; peu de sympathie pour les Américains; passé 30 années aux Indes; pense que Ratchett a mérité son sort; favorable à la justice rendue par les tribunaux; ami de John Armstrong; a été bouleversé d'horreur et de colère; amoureux de  Mary Debenham; complice du meurtre; laissé libre.

Armstrong, Daisy.

Idolâtrée par ses parents; enlevée à l'âge de trois ans pour une rançon; tuée malgré le versement de deux cent mille dollars; fille de John; si mignonne; jolies boucles; la joie de la maison; tout le monde l'adorait; la petite chérie; ange descendu du ciel; son petit cœur débordait de bonté et de tendresse; enlevée et tuée par Cassetti.

Armstrong, John.

Anglais; colonel; décoré de la croix de Victoria; Américain par sa mère la fille de van der Halt un millionnaire de Wall Street; bouleversé par le mort de Daisy; se suicide d'un coup de revolver; mari de Sonia; officier de valeur; avait sauvé la vie du colonel Arbuthnot pendant la guerre.

Armstrong, Selby.

Tué dans la Somme; colonel ?; connaissance d'Arbuthnot; Anglais.

Armstrong, Sonia.

Femme de John; si jolie; si douce; fille de Linda Arden [voir Caroline Martha Hubbard]; morte en donnant naissance à un enfant mort-né; charmante personne; adorée de son mari; filleule de la comtesse Dragomiroff; Américaine; née Goldenberg; sœur d'Héléna Andrenyi; mère de Daisy.

Armstrong, Tommy.

Du 60ème; colonel ?; connaissance d'Arbuthnot; Anglais.

Andrenyi, Héléna Maria.

Vingt ans; élégant tailleur noir; blouse de satin blanc; peau très blanche; grands yeux sombres; cheveux noirs de jais; énorme émeraude montée sur platine; coquetterie; jolie; a du chic; comtesse; femme de Rudolph; née Goldenberg; ravissante; fille cadette de Linda Arden [voir Caroline Martha Hubbard]; Américaine; sœur de Sonia Armstrong: laissée libre.

Andrenyi, Rudolph.

Costume anglais; très bel homme; trentaine d'années; fines moustaches blondes; appartient à l'ambassade de Hongrie; comte; large d'épaules; mince de taille; taille : six pieds; pommettes saillantes; très bien habillé; antipathie pour Ratchett; diplomate; a pas l'air commode; noble et ancienne famille; a remplacé sa femme comme complice du meurtre; mari d'Héléna; laissé libre.

Bouc.

Trapu; âge moyen; Belge; un des directeurs de la Compagnie Internationale des Wagons-lits; vieille connaissance de Poirot; antipathie pour Ratchett; ne déplore pas la mort de Cassetti; déteste les Italiens; ventripotent.

Constantine.

Petit médecin grec; petit homme brun; marié.

Debenham, Mary Hermione.

Jeune; Anglaise; grande; mince; brune; air calme; habitude de voyager; sait se débrouiller partout; air grave; a été gouvernante à Bagdad; trouvait Ratchett désagréable; irréprochable; 26 ans; péronnelle; a été gouvernante chez les Armstrong; beauté impressionnante; aime le colonel Arbuthnot; complice du meurtre; laissée libre.

Dubosc.

Lieutenant de l'armée française; uniforme élégant; distingué; brillante carrière.

Dragomiroff, Natalia.

Vieille; très laide; laideur distinguée; plutôt fascinante que repoussante; porte un collier de grosses perles vraies; manteau de zibeline; petite toque noire très coûteuse; figure jaune de crapaud; hautaine; princesse russe; extrêmement riche; laide comme les sept péchés capitaux mais a de l'allure; laide; yeux magnifiques; énergique; intelligence supérieure; amie de Linda Arden; contente du meurtre de Ratchett; marraine de Sonia Armstong; main chargée de bagues; grande dame; considère que la vraie justice a été remplie; complice du meurtre; laissée libre.

Foscarelli, Antonio.

Gros Italien bronzé; parle un anglais plutôt bizarre; naturalisé américain; représentant des automobiles Ford; bavard; énormes affaires; moderne; bon vendeur; prenait Ratchett pour une canaille; antipathie pour Masterman et les Anglais; ancien chauffeur de la famille Armstrong; adorait Daisy Armstrong; complice du meurtre; laissé libre.

Freebody, Miss.

Faux nom inventé par Héléna Andrenyi; supposée gouvernante d'Héléna; 35 ans; cheveux rouges.

Hubbard, Caroline Martha.

Age mûr; visage agréable; formes replètes; voix lente et monotone; parle sans cesse de sa fille; Américaine; méprise les Turcs leur indolence et l'état de leurs routes; peur de M. Ratchett; plus célèbre tragédienne américaine; en réalité Linda Arden; une des plus grandes artistes du monde; déçue de Stamboul; née Goldenberg; sang israélite; a été folle de désespoir; voix riche profonde pathétique; complice du meurtre; mère de Sonia Armstrong et Héléna Andrenyi; laissée libre.

Johnson, Mr.

Ami de la fille de Mrs Hubbard [??]

Mac Queen, Hector Willard.

Charmant garçon d'une trentaine d'années; Américain; secrétaire de M. Ratchett; aimait pas Ratchett; son père était le procureur chargé de l'affaire Armstrong; trouve que Cassetti ne méritait pas de vivre; aurait tué Cassetti lui-même; parle français allemand italien et anglais; complice du meurtre: laissé libre.

Masterman, Edouard Henry.

Anglais; réservé et correct; serviteur britannique bien stylé; traits impassibles et dédaigneux; possède une piètre opinion des Américains; valet de chambre de Ratchett; 39 ans; guère de sympathie envers les Américains; méprisant envers Foscarelli; misérable John Bull; figure d'empaillé; a été l'ordonnance et le valet de chambre de John Armstrong; complice du meurtre; laissé libre.

Michel, Pierre.

Grand; teint blême; âge moyen; contrôleur du wagon-lit; au service de la compagnie depuis plus de 15 ans; Français; pas un phénix d'intelligence mais foncièrement honnête; père de Suzanne Michel; complice du meurtre; laissé libre.

Michel, Suzanne.

Servante française des Armstrong; se suicide parce que soupçonnée à tort; innocente; très dévouée à Daisy; jolie fille toujours souriante; fille de Pierre Michel; était fiancée de Cyrus Hardman.

Ohlsson, Greta.

35-40 ans; très grande; corsage écossais; jupe de tweed; épaisse chevelure d'un jaune fade; chignon plat et disgracieux; profil de mouton aux traits doux et bienveillants; lunettes; masque ovin; Suédoise; missionnaire; institutrice; très sympathique; s'exprime très mal en anglais; 49 ans; yeux myopes; directrice d'hôpital dans une mission près de Stamboul; diplômes d'infirmière; bonne opinion des Américains; ressemble à une brebis apeurée; était la nurse de Daisy Armstrong; se réjouissait à la pensée de la mort de Ratchett; complice du meurtre; laissée libre.

, Pietro.

Maître d'hôtel de l'Orient-Express.

Poirot, Hercule.

Moustaches relevées en croc; aspect ridicule; crâne chauve; as de la police belge; au sommet de la gloire; essaie vainement de paraître modeste; aimait pas la nourriture en Syrie; admirablement réussi dans sa carrière; antipathie pour Ratchett; détective; étudie le coté psychologique de préférence aux empreintes digitales ou à la cendre de cigarettes.

Ratchett, Samuel Edward.

60-65 ans; à distance aspect bienveillant d'un philanthrope; légère calvitie; air foncièrement bon  mais petits yeux rusés; regard étrangement dur; Américain; animal sauvage; brute féroce; visage peu engageant; cruauté des yeux petits et enfoncés; fabuleusement riche; sa vie est menacée; sa tête ne revient pas à Hercule Poirot; ignorance des langues étrangères; cruel et dangereux; tué de 12 coups de couteau; en réalité Cassetti; assassin de Daisy Armstrong; chef de la bande de kidnappeurs; arrêté et acquitté par suite d'une faute de procédure; aurait pu être lynché; immonde personnage; voleur d'enfant; bandit; monstre; sinistre individu; regard faux; voleur et meurtrier; bandit italien; spécialisé dans l'enlèvement d'enfants; canaille; ignoble; ne parlait qu'anglais; infâme pourceau; fripouille; aurait dû passer sur la chaise électrique; a assassiné d'autres enfants; aurait pu récidiver; assassiné par les 12 complices; [justice expéditive].

Schmidt, Hildegarde.

Femme vêtue de noir; figure large et dénuée d'expression; Allemande; femme de chambre de la princesse Dragomiroff; placide; pas très intelligente; expression hébétée; cœur sensible; excellent cordon-bleu; ancienne cuisinière des Armstrong; complice du meurtre; laissée libre.

Stringelberg.

Faux nom inventé par Héléna Andrenyi; supposée nurse de Daisy; infirmière des hôpitaux.

Vivet.

Contrôleur de train dans l'Orient-Express.

Haut de la page

- 1 -

- [Hercule Poirot] […] Tout s'éclaire de façon éblouissante ! Le meurtrier est un homme très fort, très faible, c'est une femme, il est droitier, il est gaucher. Ah ! Tout cela est du plus haut comique !


- 2 -

- [Hercule Poirot] […] Je puis vous [à M. Bouc] affirmer ceci : Cassetti était l'assassin [de Daisy Armstrong]. Mais grâce à l'énorme fortune qu'il avait entassée et au chantage qu'il exerçait sur certaines personnalités, il fut acquitté par suite d'une faute de procédure. Néanmoins, la populace l'aurait lynché s'il n'avait eu l'habileté de se déguiser et de quitter l'Amérique sous un faux nom. Depuis lors, il voyageait et vivait luxueusement de ses revenus.

- Ah ! l'immonde personnage ! Proféra M. Bouc d'un air de dégoût. Ce n'est pas moi qui déplorerai sa perte.

- Moi non plus ! 


- 3 -

- [Hector MacQueen] […] Mon père, en sa qualité de procureur, était chargé de l'affaire [Armstrong]. J'eus souvent l'occasion de voir Mrs. Armstrong … Une femme si jolie et si douce ! Sa douleur faisait peine à voir. Ah ! Si jamais un homme méritait d'être tué, c'est bien Ratchett … Cassetti. Cet être ne méritait pas de vivre ! 

- [Poirot] Vous l'auriez vous-même supprimé sans remords ?

- Ma foi oui ! ...


- 4 -

- [Hector MacQueen] […] D'habitude j'évite de me lier avec les Anglais - leur raideur m'agace - mais le colonel [Arbuthnot] me plaît assez.


- 5 -

- [Greta Ohlsson] L'existence de tels monstres [comme Cassetti] ébranle votre foi ! La pauvre mère [de Daisy Armstrong] ! Mon cœur se brise en pensant à la douleur de cette femme. 


- 6 -

- [La princesse Dragomiroff] Selon moi, ce crime [l'assassinat de Cassetti] est providentiel ! 


- 7 -

- [Mrs. Hubbard] […] J'aurais volontiers frappé moi-même ce monstre [Cassetti] de douze coups ! Non seulement il a tué ma fille et la petite Daisy, et cet autre bébé qui aurait pu vivre, mais avant de nous enlever notre chère mignonne, il avait assassiné d'autres enfants et rien ne dit que, dans l'avenir, il n'eût pas récidivé. La société sinon la légalité l'avait condamné, nous n'avons fait qu'exécuter la sentence.

Haut de la page