Poirot : Le couteau sur la nuque (1933)

Tous les titres :

A.B.C. contre Poirot

À l'hôtel Bertram

Affaire Prothéro ( L')

Aventure de l'"Étoile de l'Ouest" (L')

Aventure de l'appartement bon marché (L')

Aventure du tombeau égyptien (L')

Cadavre dans la bibliothèque (Un)

Cartes sur tables

Chat et les pigeons (Le)

Cheval à bascule (Le)

Cheval pâle (Le)

Cinq heures vingt-cinq

Cinq petits cochons

Club du mardi (Le)

Couteau sur la nuque (Le)

Crime d'Halloween (Le)

Crime de l'Orient-Express (Le)

Crime de Regent's Court (Le)

Crime du golf (Le)

Demoiselle de compagnie (La)

Destination inconnue

Dernière énigme (La)

Disparition de Mr. Davenheim (La)

Dix petits nègres

Double péché

Drame en trois actes

Énigme du testament de Mr. Marsh (L')

Enlèvement du Premier Ministre (L')

Flux et le reflux (Le)

Géranium bleu (Le)

Guêpier (Le)

Heure zéro (L')

Homme au complet marron (L')

Indice de trop (Un)

Indiscrétions d'Hercule Poirot (Les)

Jeux de glaces

Lingots d'or (Les)

Maison biscornue (La)

Major parlait trop (Le)

Mémoire d'éléphant (Une)

Meurtre au champagne

Meurtre de Roger Ackroyd (Le)

Meurtre en Mésopotamie

Meurtre sera commis le ... (Un)

Mort avait les dents blanches (Le)

Mort n'est pas une fin (La)

Mort sur le Nil

Motif contre occasion

Mrs Mac Ginty est morte

Mystère de Hunters's Lodge (Le)

Mystère du bahut espagnol (Le)

Mystère du vase bleu (Le)

Mystérieuse affaire de Styles (La)

N. ou M.

Némésis

Noël d'Hercule Poirot (Le)

Noyée au village (Une)

Nuit qui ne finit pas (La)

Pendules (Les)

Pension Vanilos

Plume empoisonnée (La)

Poignée de seigle (Une)

Poirot joue le jeu

Poirot quitte la scène

Pouce de saint Pierre (Le)

Poupée de la couturière (La)

Quatre (Les)

Quatre suspects (Les)

Rendez-vous à Bagdad

Rendez-vous avec la mort

Retour d'Hercule Poirot (Le)

Rêve (Le)

Sanctuaire d'Astarté (Le)

Sept cadrans (Les)

Seuil ensanglanté (Le)

Signal rouge (Le)

S.O.S.

Témoin indésirable

Témoin muet

Témoin à charge

Trio à Rhodes

T.S.F.

Train bleu (Le)

Tragédie de Mardson Manor (La)

Train de 16 h 50 (Le)

Troisième fille (La)

Vacances d'Hercule Poirot (Les)

Vallon (Le)

Vol d'un million de dollars de bons

Nous ne sommes pas dépaysés en lisant Le couteau sur la nuque d'Agatha Christie.  Nous retrouvons des éléments déjà vus ailleurs.

La discorde familiale.  L'actrice américaine Jane Wilkinson est séparée de son mari, le baron Edgeware.  L'actrice prétend même divorcer pour se remarier avec le duc de Merton.  Jane Wilkinson a-t-elle des chances de réussir ?  Théoriquement les divorces sont interdits par la morale.  Les deux solutions pour les couples en difficultés sont censées être la réconciliation ou la mort.

Le roman se passe en grande partie dans le milieu des Arts et on sait que, pour Agatha Christie, les artistes, notamment les acteurs, sont des gens sans morale, quasiment prêts à tout.  Lire Cinq petits cochons (Amyas Crale), Drame en trois actes (Charles Cartwright) et Les vacances d'Hercule Poirot (Arlena Stuart).

La cause du baron Edgeware ne semble pas très bonne.  Il est décrit comme antipathique, cruel et cynique.  Jane Wilkinson est la deuxième femme avec laquelle il a de mauvaises relations.  Sa première femme l'avait déjà quitté, pour mourir en exil.  Edgeware pouvait-il être considéré comme responsable de cette première séparation ?  Edgeware est-il suffisamment mauvais pour justifier le départ de Jane Wilkinson, bien que la règle soit le mariage sans amour pour la vie ?

Jane Wilkinson a-t-elle une part de responsabilité dans la séparation d'avec son mari ?  Jane Wilkinson est actrice et américaine.  Pour Agatha Christie c'est mauvais deux fois.  Jane Wilkinson ressemble au stéréotype de la femme trop séduisante, multi-divorcée, qui trouble la paix des ménages.  Jane Wilkinson est un peu décrite comme une personne futile et opportuniste qui serait prête à épouser Edgeware un jour, Merton le lendemain et un autre homme le surlendemain.  Ce qui n'est pas en accord avec la doctrine.

Pour que Jane Wilkinson puisse éventuellement divorcer et se remarier, il aurait fallu que lord Edgeware soit jugé le seul responsable de la séparation, qu'il meure sans que sa femme soit coupable, qu'elle épouse quelqu'un de relativement basse condition et qu'elle parte finir ses jours en Afrique ou en Amérique du Sud.  L'idée de Jane Wilkinson de se remarier avec le duc de Merton réduisait peut-être ses chances à zéro au départ.  On n'apprécie pas tellement le désordre familial dans la haute société.  Le mère de Merton est fortement opposée au mariage de l'actrice avec son fils.

Le baron Edgeware est fortement déprécié, sa mort n'est pas une grande perte pour l'humanité.  Mais sa femme pouvait-elle être totalement innocente ?  C'est plus facile à dire à la fin qu'au début, mais la solution choisie par Agatha Christie est une des plus économiques.  Le mari et sa femme sont causes de désordre.  Le mari est tué.  La femme est coupable et donc châtiée.  Les travers du mari ne permettent pas à la femme d'obtenir sa liberté.  Ne pas condamner Jane Wilkinson aurait été lui donner la possibilité d'épouser le duc de Merton ce qui, pour Agatha Christie, devait sans doute être évité.

La culpabilité de l'épouse était peut-être inévitable, malgré le grand nombre de suspects présents dans le roman, comme Geraldine et Ronald Marsh, Miss Carroll ou le maître d'hôtel.  Geraldine déteste son père, habite la même maison que lui et en tant qu'héritière avait un excellent mobile pour tuer le baron.  Ronald Marsh est un jeune homme sans le sou, proche de la délinquance, dont nous avons déjà vu quelques spécimen, comme Victor Drake dans Meurtre au champagne, David Hunter dans Le flux et le reflux et Ralph Paton dans Le meurtre de Roger Ackroyd.  Il n'est toutefois pas écrit que Ronald Marsh ait commis des vols ou des meurtres.  Marsh n'a rien commis d'irréparable et peut hériter de son oncle.

Miss Carroll et le maître d'hôtel pouvaient être comptés au nombre des suspects, parce que des serviteurs malhonnêtes nous avons déjà vu ça ailleurs.

Accessoirement et pour finir, nous nous doutons tout de suite que la scène où Carlotta Adams imite Jane Wilkinson est une scène importante, parce qu'il existe, dans d'autres romans, comme Drame en trois actes, des acteurs qui se déguisent pour commettre des crimes.  Quand il est supposé que Carlotta Adams se soit déguisée pour tromper lord Edgeware, il était aussi vraisemblable que la substitution entre les deux actrices se soit faite à la réception de lord Montagu Corner, ce qui donnait la possibilité à Jane Wilkinson d'exécuter son forfait.

Haut de la page

Adams, Carlotta.

Vedette américaine; comédienne de théâtre; fait des imitations; juive; ne manque pas d'adresse; jeune; calme; chevelure noire; yeux bleu clair; teint mat; bouche très mobile; assassinée; très comme il faut; assez intéressée; sens aigu des affaires; détestait lord Edgeware; sœur de Lucie; faux nom = Mme Van Dusen; victime de Jane Wilkinson.

Adams, Lucie.

Sœur de Carlotta.

Alton.

Maître d'hôtel de lord Edgeware.

Bennett, Alice.

Servante de Carlotta Adams; âge moyen; cheveux tirés en arrière; chauvine.

Blunt, James.

Critique dramatique.

Carroll, Miss.

Secrétaire de lord Edgeware; environ quarante-cinq ans; aspect correct; physionomie intelligente; chevelure blonde et grisonnante; lunettes rondes; yeux bleus très vifs; aime pas Jane Wilkinson.

Carthew West.

Amis de Geraldine Marsh.

Corner, Montagu.

Lord ou sir; vieux; extrêmement susceptible; type israélite; petits yeux noirs pétillants d'intelligence; courte taille; manières affectées; très riche.

, Dorothy.

Grosse blonde; employée de Jenny Driver.

Dortheimer, Rachel.

Miss; elle, son père et sa mère sont des gens extrêmement riches et mélomanes; connaissance de Ronald Marsh; israélite; brune.

Driver, Jenny.

Grande amie de Carlotta Adams; dirige la maison de mode Geneviève; petite; vive; cheveux flamboyants; jeune; air d'un roquet prêt à mordre; mademoiselle; esprit vif; va épouser Bryan Martin.

Ellis.

Porte des lunettes; cheveux gris soigneusement coiffés; femme de chambre de Jane Wilkinson; mademoiselle; maigre visage blême.

Hammerfeldt, Oscar.

Sir; des studios cinématographiques Overton.

Hastings.

Ami d'Hercule Poirot; moustache en brosse à dent; haute stature; capitaine; modèle parfait de l'homme normal.

Heath.

Médecin; soigne Carlotta Adams; petit vieillard; remuant.

Japp.

Inspecteur; policier de Scotland Yard; ami d'Hercule Poirot.

Jobson.

Vieil homme; porte des lunettes; moustache rude; voix rauque; chauffeur de taxi.

Marsh, George Alfred Saint-Vincent.

Baron Edgeware; puissamment riche; plutôt original; mari de Jane Wilkinson; Lord; sa première femme s'est enfuie du domicile conjugal et est morte à l'étranger; haute stature; presque cinquante ans; cheveux noirs légèrement grisonnants; visage maigre; bouche railleuse; regard faux; antipathie de Hastings; politesse glaciale; aime le macabre; sourire cynique et cruel; [déprécié]; la folie le guette ?; assassiné; tempérament tyrannique; victime de Jane Wilkinson.

Marsh, Geraldine Saint-Vincent.

Miss; fille de lord Edgeware; grande; jeune; élancée; profonds yeux noirs; air grave et réfléchi; haïssait son père; dite Dina; brune; teint pâle; rêveuse; dénuée de tout sens des réalités.

Marsh, Ronald.

Neveu de lord Edgeware; héritier du titre; s'entendait pas avec son oncle; extravagant et dépensier; jeune homme à la face ronde et colorée; boit; tapeur; ami de Carlotta Adams; ivrogne sympathique; a été un acteur prometteur; capitaine; petite moustache; bouche aux coins tombants; œil vif; autrefois célèbre pour avoir joué des rôles féminins; gros embarras d'argent.

Martin, Bryan.

Jeune; beau comme un dieu grec; beauté légèrement ravagée; drogué ?; vedette de cinéma; gagne énormément d'argent; voulait épouser Jane Wilkinson; va épouser Jenny Driver.

Merton.

Duc de; jeune; rigide et pieux; mène une vie ascétique; dominé par sa mère; misogyne à l'extrême ?; +- 27 ans; maigre; cheveux d'une nuance indéfinissable se raréfiant aux tempes; bouche mince au pli amer; yeux sans éclat; insolent et orgueilleux; fervent catholique; préjugé contre le divorce.

Merton.

Duchesse douairière; mère du duc; petite taille; nez busqué; yeux autoritaires; formes replètes; grande dame; vieille; s'oppose au mariage de son fils avec Jane Wilkinson.

Moxon, Mr.

Avoué de Jane Wilkinson.

Poirot, Hercule.

Célèbre détective belge; tête en pain de sucre; fier de sa moustache; petit; prodigieux; intelligent; aime la symétrie; fume des cigarettes minuscules; petits yeux; a été dans la police belge; timbré ?; génie.

Ross, Donald.

Jeune homme blond; environ 22 ans; visage aimable; assassiné; acteur; victime de Jane Wilkinson.

Squires, Mary.

Bohémienne; très laide; soupçonnée de meurtre ?

Widburn, Charles.

Mari de Mrs; échalas; connaissance de Jane Wilkinson; riche.

Widburn, Mrs.

Femme de Charles; connaissance de Jane Wilkinson; une tour; blonde; prétentieuse.

Wilkinson, Jane.

Actrice new-yorkaise; très belle; grand talent; femme de lord Edgeware; séparée de son mari; lady; rien n'existe en dehors d'elle-même ?; jeune; yeux bleus; souhaite la mort de son mari pour épouser le duc de Merton; femme intéressée; tyrannique; pour elle le bien et le mal n'existent pas; rusée mais dépourvue d'intelligence; [trop suspecte ? non]; meurtrière de lord Edgeware, de Carlotta Adams et de Donald Ross; jugée et condamnée; [probablement exécutée].

Yardly.

Lady; amie de la duchesse de Merton.

Haut de la page

- 1 -

- [Hercule Poirot] Lorsque nous menons ensemble une enquête, vous ne songez qu'au côté matériel de l'affaire. Vous me pressez de relever des empreintes digitales, d'analyser la cendre des cigarettes et de me jeter à plat ventre sur le sol pour mieux étudier les marques de pas. Ne comprendrez-vous [Hastings] donc jamais qu'installé dans un fauteuil et les yeux fermés je découvre plus aisément la solution d'un problème ? Je vois avec les yeux de l'esprit.


- 2 -

- [Hercule Poirot] […] Quoi de plus passionnant que l'activité mentale ! Faites fonctionner vos [Hastings] petites cellules grises. Elles seules dissiperont les brouillards et l'incertitude et vous conduiront à la vérité.


- 3 -

- Mademoiselle, votre attitude me semble plutôt … périlleuse, dit [Hercule] Poirot.

- [Geraldine Marsh] Le fait de condamner quelqu'un ramènera-t-il mon père à la vie ?

- Non, mais il peut préserver d'autres existences innocentes.

- Je ne saisis pas bien.

- Quelqu'un coupable d'un meurtre n'hésitera pas à en commettre un second et souvent plusieurs.

- Je ne le crois pas … du moins pas une personne normale.

- Vous voulez dire s'il ne s'agit pas d'un maniaque de l'homicide ? Détrompez-vous, mademoiselle, on tue une première fois … souvent après une lutte intérieure très longue. Puis, la crainte d'être dénoncé pousse à un second crime plus facile. Au moindre soupçon, un troisième suit. Et, bientôt, le meurtre devient une habitude. On s'y abandonne en dilettante … presque par plaisir.


- 4 -

- Il [Hercule Poirot] déménage, dit Japp.

J'étais [Hastings] disposé à la croire. Japp m'avait souvent confié auparavant que Poirot était ce qu'il appelait «timbré». Cette fois, je dois avouer que moi-même je ne comprenais nullement l'attitude de Poirot. Au moment même où son hypothèse allait triompher, il ne voulait plus l'admettre.

- Je l'ai toujours considéré comme un type bizarre, continua Japp. Je lui reconnais une sorte de génie, mais ne dit-on pas que, du génie à la folie, il n'y a qu'un pas ? Poirot adore la difficulté. Une affaire simple ne l'intéresse pas, il la complique à souhait… 


- 5 -

- [Hercule Poirot] Parce que le duc de Merton est un fervent catholique. Jamais il n'accepterait d'épouser une femme dont le mari serait vivant. En tant que veuve, au contraire, elle [Jane Wilkinson] était certaine de devenir l'épouse du duc. Elle a sûrement essayé de lui parler d'un divorce possible avec Lord Edgeware, mais il a dû protester.

Haut de la page