Miss Marple : La plume empoisonnée (1943)

Tous les titres :

A.B.C. contre Poirot

À l'hôtel Bertram

Affaire Prothéro ( L')

Aventure de l'"Étoile de l'Ouest" (L')

Aventure de l'appartement bon marché (L')

Aventure du tombeau égyptien (L')

Cadavre dans la bibliothèque (Un)

Cartes sur tables

Chat et les pigeons (Le)

Cheval à bascule (Le)

Cheval pâle (Le)

Cinq heures vingt-cinq

Cinq petits cochons

Club du mardi (Le)

Couteau sur la nuque (Le)

Crime d'Halloween (Le)

Crime de l'Orient-Express (Le)

Crime de Regent's Court (Le)

Crime du golf (Le)

Demoiselle de compagnie (La)

Destination inconnue

Dernière énigme (La)

Disparition de Mr. Davenheim (La)

Dix petits nègres

Double péché

Drame en trois actes

Énigme du testament de Mr. Marsh (L')

Enlèvement du Premier Ministre (L')

Flux et le reflux (Le)

Géranium bleu (Le)

Guêpier (Le)

Heure zéro (L')

Homme au complet marron (L')

Indice de trop (Un)

Indiscrétions d'Hercule Poirot (Les)

Jeux de glaces

Lingots d'or (Les)

Maison biscornue (La)

Major parlait trop (Le)

Mémoire d'éléphant (Une)

Meurtre au champagne

Meurtre de Roger Ackroyd (Le)

Meurtre en Mésopotamie

Meurtre sera commis le ... (Un)

Mort avait les dents blanches (Le)

Mort n'est pas une fin (La)

Mort sur le Nil

Motif contre occasion

Mrs Mac Ginty est morte

Mystère de Hunters's Lodge (Le)

Mystère du bahut espagnol (Le)

Mystère du vase bleu (Le)

Mystérieuse affaire de Styles (La)

N. ou M.

Némésis

Noël d'Hercule Poirot (Le)

Noyée au village (Une)

Nuit qui ne finit pas (La)

Pendules (Les)

Pension Vanilos

Plume empoisonnée (La)

Poignée de seigle (Une)

Poirot joue le jeu

Poirot quitte la scène

Pouce de saint Pierre (Le)

Poupée de la couturière (La)

Quatre (Les)

Quatre suspects (Les)

Rendez-vous à Bagdad

Rendez-vous avec la mort

Retour d'Hercule Poirot (Le)

Rêve (Le)

Sanctuaire d'Astarté (Le)

Sept cadrans (Les)

Seuil ensanglanté (Le)

Signal rouge (Le)

S.O.S.

Témoin indésirable

Témoin muet

Témoin à charge

Trio à Rhodes

T.S.F.

Train bleu (Le)

Tragédie de Mardson Manor (La)

Train de 16 h 50 (Le)

Troisième fille (La)

Vacances d'Hercule Poirot (Les)

Vallon (Le)

Vol d'un million de dollars de bons

Dans La plume empoisonnée, Agatha Christie utilise au maximum l'effet de leurre, dont elle est une experte.  La romancière déploie de grands efforts pour faire croire qu'une femme pourrait être coupable de l'envoi des lettres anonymes et des meurtres.

Les premières suspectes sont des femmes chez lesquelles on pourrait soupçonner des troubles mentaux, qui ont un comportement et une apparence bizarres.  C'est-à-dire des caractéristiques qui peuvent toujours être sujettes à interprétation et non pas des faits ou des caractères objectifs.  Dans les romans policiers, la plupart des personnages affectés de caractères subjectifs sont des leurres.

La coupable serait-elle Megan Hunter, une jeune fille au comportement plus qu'étrange, qui vit abandonnée à elle-même et déclare ouvertement détester les gens ?

L'agressive et envahissante Aimée Griffith inquiète par son activité qui frise la compulsion, mais Agatha Christie ne détestait pas nécessairement les femmes actives, satisfaites de la vie qu'elles mènent.

Miss Holland se trouve au coeur d'une situation stéréotypée que l'on voit plusieurs fois dans l'oeuvre d'Agatha Christie, dans des romans comme Meurtre au champagne, A.B.C. contre Poirot et Témoin indésirable.  Pour comprendre le stéréotype, il faut connaître la morale du 19ème siècle.  Au 19ème siècle, la règle était le mariage pour la vie.  Les maris et les femmes n'avaient pas le droit de se séparer.  Après un certain nombre d'années de mariage, un homme pouvait se trouver affligé d'une épouse vieillissante, malade ou acariâtre.  Si une jolie servante ou secrétaire est présente dans la maison, à ce moment, les conditions sont réunies pour l'éclatement d'un beau drame.  Soit que le mari tente de séduire la servante.  Soit que la servante veuille séduire le mari.  Si ces gens habitent dans un petit village, la possibilité d'un scandale est très réelle.  Les commères ne demandent qu'à s'activer.  Les romans policiers racontant essentiellement des tragédies, on peut logiquement croire à l'existence d'une relation entre le mari et la secrétaire ou la gouvernante.  Miss Holland aurait-elle assassiné sa patronne pour pouvoir épouser Richard Symmington ?

Mrs Cleat est un petit peu une suspecte de convention, dans son rôle de sorcière du village.  On voit une autre sorcière du même genre dans La nuit qui ne finit pas (Esther Lee).  Folklore campagnard.  Les gens qui s'occupent de magie ou de sciences occultes sont souvent étranges et suspects.

La pas très attirante Miss Ginch, la secrétaire de Richard Symmington est soupçonnée, parce qu'elle semble se réjouir des drames qui perturbent le village.

Mrs Dane Calthrop, la femme du pasteur, qualifiée d'un peu "piquée", aurait-elle envoyé les lettres anonymes ?  Théoriquement, les gens qui s'occupent de religion devraient être innocents, mais on n'est pas obligé de le savoir au début du roman.

Emily Barton aurait-elle été perturbée par une enfance malheureuse, vécue sous la domination d'une mère trop autoritaire ?  Le livre contenant les lettres ayant servi à la composition des lettres anonymes est trouvé chez elle.

Toutes les femmes qui viennent d'être mentionnées sont suspectées à cause de facteurs subjectifs, donc sujets à interprétation.  Il existe pourtant un fait objectif, dans ce roman : le divorce de Mona Symmington.  Au 19ème siècle et au début du 20ème, le divorce était interdit.  Les lecteurs devraient toujours "accrocher" à un fait semblable.  On ne peut pas savoir, au début du roman, si les personnes impliquées dans le divorce seront des victimes ou des coupables, mais il leur arrivera forcément quelque chose.  Souvent, dans les romans, il existe un crime principal et plusieurs crimes secondaires.  Les divorcés ne seront peut-être pas responsables du crime principal, mais peuvent l'être d'un crime secondaire, ou se noyer dans une rivière, tomber dans un précipice, mourir dans un accident d'avion ou finir leurs jours en Afrique.

La mort de Mona Symmington ne surprend pas plus qu'il faut, c'est sa punition, en tant que femme divorcée.  Et Agatha Christie fait preuve d'une sorte d'économie de personnages, puisque le meurtrier est son deuxième mari Richard, qui était en même temps son complice dans son crime de divorce.  Le mari d'une femme divorcée est aussi coupable que sa femme.  La femme meurt et le mari est livré à la justice.

L'hypothèse selon laquelle Miss Holland aurait pu vouloir empoisonner Mona Symmington, pour épouser Richard était en partie vraie.  Elle se trompait simplement de cible.  C'est Richard qui a empoisonné sa femme pour épouser la gouvernante.

Elsie Holland est décrite d'une manière un peu tortueuse, mais logique et tout à fait explicable.  Elsie Holland est une très jolie femme mais, curieusement sans aucun sex-appeal et qui récite des platitudes à longueur de journée.  Pourquoi Miss Holland n'a-t-elle pas de sex-appeal ?  Les très jolies femmes ne devraient-elles pas toujours être attirantes ?  Elsie Holland n'a pas de sex-appeal, parce qu'elle joue le rôle de la mère de famille, chez les Symmington.  Une mère n'a pas à être séduisante, elle doit être vertueuse et bien s'occuper de ses enfants et de son ménage.

Mona et Richard Symmington sont deux parents indignes.  Mona est divorcée et Richard est son complice dans le "crime".  Mona et Richard ne peuvent pas s'occuper de leurs enfants.  Quelqu'un doit s'occuper des enfants à leur place, c'est le rôle de Miss Holland, qui sert d'écran entre les parents et les enfants.  Elsie Holland devait absolument être d'une vertu au-dessus de tout soupçon.  Elle ne pouvait pas empoisonner Mona Symmington ou être complice de Richard.  Pour Agatha Christie, dire qu'Elsie Holland n'a pas de sex-appeal équivaut à dire que la gouvernante est une femme honorable.  Dans A.B.C. contre Poirot, la secrétaire (Thora Grey) est une aventurière, mais il n'y a pas d'enfants dans la maison.

Elsie Holland récite des platitudes, parce qu'elle n'est, au fond, qu'une servante.  Pour Agatha Christie, les serviteurs, en général, n'étaient pas nécessairement des gens très intelligents.  Les autres servantes du roman ne sont pas décrites comme de grandes intellectuelles.  Il s'agit d'une sorte de préjugé ou de point de vue bourgeois.

Un indice que les auteurs de romans pensent à tout et que tout ce qui arrive doit arriver nécessairement.  Emily Barton, qui rêve de voyager, ne peut le faire, puisqu'elle n'a pas d'argent.  Emily vend sa maison aux Burton et peut donc partir, mais il lui faut encore une compagne de voyage.  La très active et débrouillarde Aimée Griffith devient la compagne parfaite pour Emily, alors qu'elle aurait été une soeur bien encombrante pour son frère, qui veut épouser Joanna Burton.  Aimée Griffith, expédiée au loin, libère la place pour Joanna Burton et tout est bien qui finit bien.  Les auteurs prévoient ce genre de choses.

Haut de la page

Adams.

Vieux, jardinier des Burton.

, Antoine.

Coiffeur de Joanna Burton.

Appleton.

Colonel, soixantaine d'années, très intéressé par Joanna Burton, joue au bridge d'une manière téméraire, vieux crampon.

Baker, Béatrice.

Jeune fille, vient aider Mary Partridge chaque matin, fréquente un jeune mécanicien du garage, fille de Mrs.

Baker, Mrs.

Mère de Béatrice, grande et forte, visage hâlé, se méfie de la police, pas brillante.

Barton, Agnès.

Sœur d'Emily, fille de Mrs.

Barton, Edith.

Sœur d'Emily, fille de Mrs., morte par la grippe.

Barton, Emily.

Vieille fille, propriétaire de Little Furze, petite dame âgée mais charmante, difficultés financières, mère très sévère qui a vécu très longtemps, piété filiale, fille de Mrs, a failli épouser un pasteur mais sa mère a trouvé qu'il n'était pas d'assez bonne famille, sœur d'Agnès, très mauvaise joueuse de bridge mais s'amuse énormément, rêve de faire une croisière mais peur des complications, admire Aimée Griffith, part en croisière avec Aimée Griffith, vend Little Furze à Jerry Burton.

Barton, Mabel.

Sœur d'Emily, fille de Mrs, a eu une attaque, morte.

Barton, Minnie.

Sœur d'Emily, fille de Mrs., subit une opération, morte.

Barton, Mrs.

Mère d'Emily, monstre, datait de l'époque victorienne, dévorait ses enfants, monumentale, pesait près de cent kilos, traitait ses filles de sottes et leur faisait une vie d'esclaves, [au fond joue le rôle du père. Voir Le deuil de Fonsine de Simenon], [dure], méprisait ses filles parce qu'elles ne s'étaient jamais mariées et les empêchait de rencontrer qui que ce fût, morte, horrible.

Batworthy, Miss.

Ancienne enseignante de Megan Hunter, myope comme une taupe.

Beadle, Mr.

A reçu des lettres anonymes, patron du Sanglier bleu, mari de Mrs., jaloux de sa femme.

Beadle, Mrs.

Femme de Mr., patronne du Sanglier bleu.

Burton, Jerry.

A un plâtre, accident d'aviation, 5 ans de plus que Joanna, frère de Joanna, aviateur, aime pas Mona Symmington, déçu par Elsie Holland, vante l'oisiveté, fait enrager Aimée Griffith, antipathie pour Symmington, épouse Megan Hunter.

Burton, Joanna.

Sœur de Jerry, jolie, gaie, aime danser, adore conduire de puissantes voitures, déteste pas les flirts, souvent devient follement amoureuse d'un génie incompris, se bat pour lui et rompt quand l'autre manifeste son ingratitude, très bien habillée, plaint Megan, critique Mona Symmington, pas une maîtresse de maison accomplie, connaît rien aux légumes, dite Jo, admire Owen Griffith, épouse Owen Griffith.

Clark Jennifer.

Serveuse des Trois Couronnes.

Cleat, Mrs.

Femme d'un jardinier âgé, la sorcière du pays, appartient à une famille où les femmes passent pour avoir le mauvais œil, entretient sa légende, humour.

Dane Calthrop, Caleb.

Pasteur, mari de Maud, révérend, important, éloigné des réalités quotidiennes, vit pour ses livres et son travail, très intelligent.

Dane Calthrop, Maud.

Femme de Caleb, effraie Jerry Burton, femme de tête, connaissances encyclopédiques, redoutée, Divinité personnifiée, sincérité de langage, connaît tous les petits secrets, plaint la "pauvre femme" qui envoie les lettres à cause de sa solitude, folle ?, plaît à Jerry Burton, déplaît à Emily Barton à cause de son non-interventionnisme, demoiselle Farroway, de très bonne famille, aime beaucoup son mari, manifestement piquée ?, les gens ont peur d'elle.

, Edith.

Bonne de Miss Marple, gentille, pleine de bonne volonté, parfois un peu lente à comprendre.

Elford, Florence.

Ancienne femme de chambre d'Emily Barton, mariée, très gentille, très dévouée, son mari est dans le bâtiment, solide gaillarde, visage osseux, logeuse d'Emily Barton, fidèle, dragon, aime pas Burton et Joanna.

Emory, Mrs.

Femme de journée des Burton.

Galbraith.

Anciens associés de Richard Symmington.

, George.

Amoureux de Béatrice Baker, travaille dans un garage, furieusement jaloux de Béatrice, veut pas qu'elle sorte avec d'autres garçons, furibond.

Ginch.

Miss, secrétaire du notaire Symmington, largement dépassé la quarantaine, lunettes, longues dents de lapin, rien de séduisant, travaille maintenant pour l'agence de location, très minaudière, prend plaisir à parler des lettres anonymes.

Graves.

Inspecteur, énorme mâchoire carrée, venu de Londres, spécialiste des lettres anonymes, aspect mélancolique.

Grey, Edward.

Sir, devait devenir ministre des Affaires étrangères, fut mis à la porte du collège d'Oxford en raison du son oisiveté.

Grey, Mary.

Charmante femme d'une quarantaine d'années, allure sportive, sympathique, couturière de Joanna Burton.

Griffith, Aimée Miss.

Sœur d'Owen, pas aimée par Megan Hunter, sale femme, assez jolie femme, manières un peu masculines, assurance, agaçante, pourchasse Megan pour lui donner du travail, [apparence vertueuse], [dépréciée], [Comparer à Mildred Strete dans Jeux de glace et les commères de L'affaire Prothéro], très active, heureuse, sympathique ?, un peu trop amazone, déteste Joanna, hérisse Jerry Burton, critique Mrs Symmington, connaît bien Richard Symmington, dédaigne le mensonge, croit à la vertu du travail le seul péché est l'oisiveté, aime pas l'art, aurait aimé devenir médecin mais ses parents ont pas voulu, féministe, croit que la femme doit pas toujours rester à la maison, très dévouée à son frère, énergique, commère, toute sa vie a été amoureuse de Richard Symmington, a écrit la dernière lettre anonyme à Elsie Holland par jalousie, va partir en croisière avec Emily Barton.

Griffith, Owen.

Frère d'Aimée, docteur, apprécié de Jerry Burton, gauche, un peu timide, fort sympathique, célibataire, brutal et odieux avec Joanna Burton, épouse Joanna Burton.

Holland, Elsie.

Déesse, traits parfaits, boucles d'or blond, silhouette mince et fine, corps ravissant, flotte dans l'espace, jeune fille ravissante, belle à ne pas y croire, ton aimable mais commun, timbre de voix désolant de platitude, l'enchantement s'évanouit, jolie fille rien de plus, gouvernante des jeunes Symmington, pas le moindre sex-appeal, c'est dommage [???], grandes dents, gencives très disgracieuses, répète à longueur de journée de désolantes banalités, yeux bleus magnifiques, pas l'esprit particulièrement vif, veut se faire épouser par Symmington ?, intrigante ?, tricote, répare une chemise d'enfant, adorablement belle, honnête fille, travaille chez un dentiste.

Hunter.

Capitaine, premier mari de Mona Symmington, on préfère ne pas s'en souvenir, a maltraité son épouse ?, divorcé, père de Megan, méchant avec sa femme ?, difficile à vivre ?, assez triste sire, a fait de la prison, était pas normal, condamné à la prison, a fait du chantage.

Hunter, Megan.

Née du premier mariage de Mona Symmington, belle fille de Richard, fille du capitaine Hunter, sacrifiée à ses demi-frères ?, grande fille un peu gauche, 20 ans, on ne lui en donne guère que 16, tignasse brune embroussaillée, beaux yeux verts, figure anguleuse, sourire charmant, habillée à la diable, bas troués, sa mère s'occupe peu d'elle, enfantine, très maladroite, pas d'amies, a été pensionnaire n'est rentrée que depuis un an, déteste Miss Griffith, aime les math, paresseuse, passe son temps à flâner, à moitié folle ?, arriérée ?, démarche lourde et traînante, sans grâce, [fait penser à l'Inconnue de Simenon], a 40 livres d'argent de poche par an, ressemble à un cheval et a des sentiments de caniches, hait les gens, a l'impression d'être en trop, arriérée, [enfant du désordre], impolie ?, hérite de sa mère, abandonnée à elle-même, pas la tête bien solide, très mal habillée, jolie habillée par Mary Grey, a de la race, maquillée avec discrétion, [Cendrillon], Jerry Burton la fait habiller, hérite une fortune de sa grand-mère, épouse Jerry Burton.

Kent, Marcus.

Médecin, ami de Jerry Burton.

Lushington, Henry.

Client de Richard Symmington.

Marple, Jane Miss.

Au courant de la psychologie d'un être voué au mal, demoiselle âgée, très aimable, tricote, fait du crochet, connaît toutes les formes de la méchanceté humaine.

Nash.

Commissaire, très sympathique, grand, allure militaire, visage réfléchi, manières directes, chic type, connaît son affaire.

Parkins.

Sergent, policier.

Partridge, Mary.

Bonne d'Emily Barton et des Burton, d'un certain âge, grande et efflanquée, excellente cuisinière, aime pas Megan, vieille fille un peu aigrie, s'habitue à Megan.

, Paul.

Ancien amoureux de Joanna Burton, lui a fait beaucoup de peine.

Prescott.

Cuisinier de Mr Pye, emporté, sa femme tient la maison.

Pye, Mr.

Petit homme grassouillet, collectionne les bibelots, belle propriété un ancien prieuré, propriété bien entretenue et luxueuse comme un musée, petites mains grasses et potelées, pense que la beauté est le seule chose qui vaille qu'on vive pour elle, cerveau dérangé ?, se plaint de ses serviteurs qui téléphonent toute la journée et fument partout, pas très sympathique ?, nature essentiellement féminine ?

Rendell, Fred.

Jeune, travaille à la poissonnerie, amoureux d'Agnès Woddle.

, Rose.

Cuisinière des Symmington, solide quadragénaire, parfois impertinente, la langue bien pendue.

Rundle, Bert.

Agent de police.

Stephenson, Georgie.

Inventeur de la locomotive à vapeur ?

Symmington, Brian.

Fils de Mrs et Richard, frère de Colin.

Symmington, Colin.

Fils de Mrs. et Richard, frère de Brian.

Symmington, Mona.

Femme de Richard, divorcée de son premier mari le capitaine Hunter, mère de Megan, possède quelque bien, a deux fils avec Richard, petite femme pas très forte, beauté fanée, voix mélancolique, problèmes avec ses domestiques, mère de Brian et Colin, fière de ses fils indifférente à sa fille, sa beauté anémique doit cacher une nature égoïste et âpre, suicidée ?, maladive, anémique, faisait de la neurasthénie, une "lettre anonyme" prétendait que Colin n'est pas le fils de Richard, [la question de Colin n'est pas sûre, mais il est sûr qu'elle est divorcée], exemple parfait de la femme inintelligente, laissait la gouvernante s'occuper des enfants, empoisonnée par Richard.

Symmington, Richard.

Notaire, deuxième mari de Mona, père de Brian et Colin, respectabilité faite homme, cou long, pomme d'Adam très saillante, long nez, teint d'une pâleur cadavérique, courtois, bon époux, bon père, pas séduisant, [laid parce qu'il a épousé une divorcée ?], au bon sens, se préoccupe pas de Megan, dit Dick, très jaloux ?, empaillé, a essayé de tuer Megan en lui mettant la tête dans le four à gaz, a joué, a perdu, ne lutte plus, tempérament assez ingrat, cœur assez sec, amoureux fou d'Elsie Holland, jamais réellement un brave homme, a tué sa femme et Agnès Woddle, voulait épouser Elsie, horrible brute, a tenté de faire accuser Aimée Griffith des meurtres, livré à la justice.

Woddle, Agnès.

Bonne des Symmington, a servi sous les ordres de Mary Partridge, orpheline, pas de famille, amoureuse de Fred Rendell, esprit assez lent, morte, tuée par Richard Symmington.

Haut de la page

- 1 -

- [Eleanor Fane]  La seule [femme de pasteur] dont je [Jeremy Burton] me souvienne était une créature tranquille, qui n'offrait rien de remarquable et qui vivait dans l'adoration d'un époux solide, dont la parole, quand il prêchait, avait quelque chose de magnétique. Quant à elle, elle parlait si peu que c'était un véritable problème de soutenir une conversation avec elle.

De sorte que, sur ces dignes épouses, je n'avais d'autres idées que celles que je devais aux romanciers, qui les représentent volontiers comme des dames assez portées à se mêler de ce qui ne les regarde pas et à énoncer des lieux communs d'une constante banalité. Imagination pure, c'est probable. 


- 2 -

- [Jerry Burton] Mary, dis-je, ne te [Joanna Burton] sait gré ni de ta sympathie ni de ta noblesse. Elle tient aux vieilles habitudes et elle sait ce qui se fait et ne se fait pas dans une bonne maison !

- [Joanna Burton] […] Dis ce que tu veux, Jerry, je ne peux pas croire, moi, qu'ils [les domestiques] demandent à être traités comme des esclaves !

- Il faut pourtant admettre que si ! Au moins en ce qui concerne Mary ! […] elle te méprise parce que tu n'es pas une maîtresse de maison accomplie. Tu ne passes jamais tes doigts sur les meubles pour voir si le ménage a été bien fait, tu ne regardes pas sous les tapis, tu ne demandes jamais ce qu'est devenu le reste du gâteau au chocolat, tu ne fais jamais faire de panades …


- 3 -

- [Emily Barton] La maîtresse d'école, ici, dit-elle, est une jeune femme très désagréable. J'ai bien peur que ce ne soit une "rouge" …

Pour dire ce dernier mot, elle avait baissé la voix. 


- 4 -

- [Aimée Griffith] […] Cette petite [Elsie] Holland est jeune et jolie. Il n'en faut pas plus ! Et remarquez que la carrière de gouvernante est pleine de possibilités pour une jeune femme ! Qu'elle cherche un mari et un foyer, qu'elle coure sa chance, ce n'est pas moi qui le lui reprocherai ! Évidemment, le pauvre Symmington ne se doute de rien; il n'est pas encore remis de la mort de sa chère Mona, mais les hommes sont les hommes ! Que cette fille reste là, tenant sa maison, s'occupant de lui, aimant ses enfants, ou en ayant l'air, et il est inévitable qu'il lui tombe sous la patte !


- 5 -

Non, non, pas Megan.

Une lourde hérédité ? Un anormal dans ses ascendants ? Une tare, venue de loin, dont elle n'était pas responsable et qui faisait d'elle un être maudit ? 


- 6 -

- [Joanna Burton] C'est bizarre, dit-elle. Il y a des gens qui sont très bien et qui n'ont pas le moindre sex-appeal. C'est le cas de cette fille [Elsie Holland] … et c'est bien dommage !

Je [Jerry Burton] lui fis remarquer qu'étant donné ses fonctions de gouvernante ça valait peut-être beaucoup mieux. 


- 7 -

- [Aimée Griffith] Je vois, monsieur [Jerry] Burton, que je vous ai choqué en vous rapportant les racontars de notre petite ville. Je n'ajouterai qu'un mot : ici, quand on parle des gens, c'est toujours en mal ! 


- 8 -

- [Miss Marple] […] La plupart des crimes sont fort simples. C'était le cas de celui-ci. Il était clair, logique, très compréhensible. Horrible aussi, bien entendu ! 


- 9 -

[Miss Marple]  Un homme de tempérament assez ingrat [Richard Symmington], au cœur assez sec, est marié avec une femme maladive et un peu neurasthénique. Survient une jeune fille d'une radieuse beauté …

Quand les messieurs deviennent amoureux à un certain âge, la maladie est grave et on peut parler de folie.

Haut de la page