Miss Marple : Némésis (1971)

Tous les titres :

A.B.C. contre Poirot

À l'hôtel Bertram

Affaire Prothéro ( L')

Aventure de l'"Étoile de l'Ouest" (L')

Aventure de l'appartement bon marché (L')

Aventure du tombeau égyptien (L')

Cadavre dans la bibliothèque (Un)

Cartes sur tables

Chat et les pigeons (Le)

Cheval à bascule (Le)

Cheval pâle (Le)

Cinq heures vingt-cinq

Cinq petits cochons

Club du mardi (Le)

Couteau sur la nuque (Le)

Crime d'Halloween (Le)

Crime de l'Orient-Express (Le)

Crime de Regent's Court (Le)

Crime du golf (Le)

Demoiselle de compagnie (La)

Destination inconnue

Dernière énigme (La)

Disparition de Mr. Davenheim (La)

Dix petits nègres

Double péché

Drame en trois actes

Énigme du testament de Mr. Marsh (L')

Enlèvement du Premier Ministre (L')

Flux et le reflux (Le)

Géranium bleu (Le)

Guêpier (Le)

Heure zéro (L')

Homme au complet marron (L')

Indice de trop (Un)

Indiscrétions d'Hercule Poirot (Les)

Jeux de glaces

Lingots d'or (Les)

Maison biscornue (La)

Major parlait trop (Le)

Mémoire d'éléphant (Une)

Meurtre au champagne

Meurtre de Roger Ackroyd (Le)

Meurtre en Mésopotamie

Meurtre sera commis le ... (Un)

Mort avait les dents blanches (Le)

Mort n'est pas une fin (La)

Mort sur le Nil

Motif contre occasion

Mrs Mac Ginty est morte

Mystère de Hunters's Lodge (Le)

Mystère du bahut espagnol (Le)

Mystère du vase bleu (Le)

Mystérieuse affaire de Styles (La)

N. ou M.

Némésis

Noël d'Hercule Poirot (Le)

Noyée au village (Une)

Nuit qui ne finit pas (La)

Pendules (Les)

Pension Vanilos

Plume empoisonnée (La)

Poignée de seigle (Une)

Poirot joue le jeu

Poirot quitte la scène

Pouce de saint Pierre (Le)

Poupée de la couturière (La)

Quatre (Les)

Quatre suspects (Les)

Rendez-vous à Bagdad

Rendez-vous avec la mort

Retour d'Hercule Poirot (Le)

Rêve (Le)

Sanctuaire d'Astarté (Le)

Sept cadrans (Les)

Seuil ensanglanté (Le)

Signal rouge (Le)

S.O.S.

Témoin indésirable

Témoin muet

Témoin à charge

Trio à Rhodes

T.S.F.

Train bleu (Le)

Tragédie de Mardson Manor (La)

Train de 16 h 50 (Le)

Troisième fille (La)

Vacances d'Hercule Poirot (Les)

Vallon (Le)

Vol d'un million de dollars de bons

Némésis d'Agatha Christie est une histoire peut-être pas aussi tordue qu'elle aurait pu l'être, puisqu'elle ne se déroule, en définitive, qu'entre les personnes directement concernées.  Pas d'histoire d'espionnage.  Pas de tierces personnes.

Ça démarre lentement, puisqu'on lit la moitié du roman sans véritablement connaître la nature du mystère à élucider.  Serait-ce Mr Rafiel qui aurait-été assassiné ?  Non, c'est plutôt son fils qui a été reconnu coupable du meurtre d'une jeune fille.

Michael Rafiel doit quasiment obligatoirement être un suspect plausible, autant que nécessairement se révéler innocent en définitive.  Michael Rafiel n'est pas pur à cent.  C'est un voleur et un fraudeur pervers et irrécupérable, mais ça n'en fait pas un violeur et un assassin pour autant.  Le malentendu étant une des bases du roman policier, il est toujours tout à fait possible que Michael Rafiel soit innocent du meurtre de Verity Hunt.  Un indice, c'est qu'Agatha Christie prend bien soin de préciser que Michael n'était pas réellement coupable des viols dont on l'a accusé.  Voir extrait no 4.

Aussi obligatoire que l'innocence de Michael Rafiel est la substitution des cadavres, quand on apprend que le corps méconnaissable de Verity Hunt a été découvert et que deux jeunes filles sont disparues à la même époque.  Souvent, un cadavre méconnaissable n'est pas le cadavre de la personne que l'on croit.  Il est fort possible que le corps de Nora Broad ait été substitué à celui de Verity Hunt.  Avec la conséquence de fournir le premier indice fort.  Clotilde Bradbury-Scott a donc menti lorsqu'elle a identifié Verity.  Pourquoi l'a-t-elle fait ?  Pour se protéger elle-même ou pour protéger quelqu'un d'autre ?

Le point de départ du drame, conté dans ce roman est la volonté de Verity Hunt d'épouser Michael Rafiel, malgré les antécédents de celui-ci.  On voit bien qu'Agatha Christie est très critique envers le comportement des jeunes, des jeunes filles en particulier.  Autant Agatha Christie était d'accord pour que les jeunes prennent leur place dans la société, autant elle voulait que ce soit honorablement, et pour les jeunes filles, ce n'est pas en épousant des récidivistes ou des anarchistes.  L'aventure de Verity Hunt et de Michael Rafiel avait donc toutes les chances de mal se terminer.  Pour Michael, épouser Verity aurait été comme gagner le grand prix de la loterie.  Il ne l'a pas eu.  Michael était innocent du meurtre de Verity, mais pas des vols et des escroqueries.  Il a été puni pour ce qu'il a fait.  Il méritait d'aller en prison.  Il n'a pas eu la jeune fille qu'il convoitait.  Son avenir est plus qu'incertain.

L'innocence de Michael Rafiel étant acceptée, par rapport au meurtre de Verity.  Qui peut bien être le véritable coupable.  La romancière ne s'éloigne pas des personnages principaux, à cet égard.  Il y a bien l'étranger, suspect de service, Mr Caspar, mais Agatha Christie n'insiste pas là-dessus.  La coupable doit être une des soeurs Bradbury-Scott ou miss Barrow ou miss Cooke.

On sait déjà que Clotilde Bradbury-Scott a menti lors de l'identification du corps de Verity.  Mais pourquoi ?

Anthea Bradbury-Scott est suspecte à cause de son comportement.  S'agit-il d'une folle dangereuse ou d'une irresponsable.  Aurait-elle tué Verity Hunt dans un accès de fureur ou même inconsciemment ?  On réalise, à la fin, qu'Anthea a été créée volontairement pour servir de suspecte et détourner les soupçons de la véritable coupable.

Un deuxième indice pointe vers Clotilde.  C'est elle qui s'opposait à la reconstruction de la serre, tandis qu'Anthea la souhaitait.  Clotilde ne voulait pas qu'on découvre le cadavre de Verity.  C'est Clotilde, après tout, qui était la mère adoptive de Verity.  C'est Clotilde qui avait le plus de "raisons" de s'opposer au mariage de Verity et de Michael.  Agatha Christie ne partageait-elle pas cette opinion, jusqu'à un certain point et n'est-ce pas la raison pour laquelle Clotilde a droit à une sorte de châtiment atténué ?

Un mot, pour finir, sur Jason Rafiel, un personnage dont l'ambiguïté frappait déjà dans Le major parlait trop. On ne peut pas dire que la description de Jason Rafiel soit uniquement positive mais, dans l'esprit d'Agatha Christie, le vieux Rafiel était-il une bonne ou une mauvaise personne ?  Rafiel est qualifié d'impoli, de désagréable et d'agressif, ce n'est pas particulièrement sympathique mais, s'il avait été carrément mauvais, la romancière l'aurait dit.  On aurait pu apprendre que Rafiel avait volé, tué, ruiné des gens ou eu des enfants illégitimes.  Ce n'est pas vraiment le cas.  A la fin, la romancière fait plutôt montre d'un grand respect pour Rafiel qui, selon elle, aimait passionnément la justice.

En fait, Jason Rafiel est un brillant homme d'affaires qui a travaillé dur toute sa vie.  Il a bien droit à quelques petits caprices.  Le vieux Jason est autoritaire et égocentrique, mais c'est normal, c'est lui le génie, le patron.  Il veut être obéi.  Il ne veut pas être contredit par ses subalternes.  Il a nécessairement une forte personnalité, sinon il n'aurait pas réussi dans les affaires.  On ne peut pas lui reprocher d'être ce qu'il est.  D'ailleurs pour contrebalancer ses défauts, Rafiel peut faire preuve d'une réelle bonté et se révéler un ami très sûr.  Voilà pourquoi l'image de Jason Rafiel est globalement positive.

Haut de la page

Anderson, Mr.

Mari d'Esther Walters; ingénieur; plus jeune que sa femme.

Arthur, Mr.

Actuel propriétaire des taxis Inch.

Barker, Miss.

Infirmière-chef; grande; maigre; yeux gris et perçants; voix grave et autoritaire.

Barrow, Miss.

Age moyen; blonde et forte; [voir Mrs Hastings].

Bartlett, Miss.

Trapue; dame de compagnie de Mrs Hastings; [voir miss Cooke]; faux nom.

Bentham, Mildred.

Miss; environ soixante-dix ans.

Blackett, Mrs.

Cousine de Nancy Broad; soixante-cinq ans.

Brabazon.

Archidiacre; vieux clergyman; vieil ami d'Elizabeth Temple.

Bradbury-Scott.

Colonel; oncle des sœurs Bradbury-Scott et de Lavinia Glynne; mort à l'âge de soixante-dix ans; avait perdu sa femme, son fils et sa fille.

Bradbury-Scott, Anthea.

Sœur de Clotilde et de Lavinia Glynne; célibataire; maigre; cheveux grisonnants en désordre; apparence spectrale; grands yeux gris inquiets; sinistre; [n'a pas toute sa tête].

Bradbury-Scott, Clotilde.

Sœur d'Anthea et de Lavinia Glynne; célibataire; aînée; grande et belle; brune avec des cheveux noirs; parle trois langues; se suicide; meurtrière de Verity Hunt, Elizabeth Temple et Nora Broad; aimait trop Verity Hunt; mère adoptive de Verity.

Broad, Nancy.

Mère de Nora; cousine de Mrs Blackett.

Broad, Nora.

Assassinée; [substituée à Verity Hunt ? oui]; pas de tout repos en ce qui concernait les garçons; cadavre pas retrouvé; nièce du meunier; sotte; était enceinte ?; brune; très beaux cheveux; victime de Clotilde Bradbury-Scott; [pute : pas une grosse perte pour l'humanité]; fille de Nancy.

Broadribb, James R.

Notaire de Jason Rafiel; associé de Schuster; associé principal; âge mûr; grand et maigre; visage allongé et mélancolique; honnête; digne de confiance.

Butler, Henry T.

Mari de Mrs; Américain; docile; âge moyen.

Butler, Mrs.

Femme d'Henry; Américaine; bavarde; dite Mamie.

Caspar, Mr.

Étranger; grand et brun; gesticulant; parle un anglais bizarre; extrêmement surexcité; dangereux ?

Cherry.

Dame de compagnie de Jane Marple; tête brune et bouclée; mariée; jeune.

Clithering, Henry.

Vieil ami d'Elizabeth Temple et de Jane Marple.

Cooke, Miss.

Age moyen; brune et mince; [voir miss Bartlett]; en réalité policière.

Crawford, Joanna.

Miss; nièce de Mrs Riseley-Porter; 18-19 ans; jolie; brave l'autorité de sa tante; amoureuse d'Emlyn Price.

Derwent.

Vieille famille; toute les deux générations il y en a un qui meurt à l'asile.

Edward, George.

Chauffeur de taxi à l'emploi de Mr Arthur.

, George.

Jardinier de Jane Marple.

Glynne, Lavinia.

Physique un peu dodu; air franc et amical; un peu timide; sœur de Clotilde et Anthea Bradbury-Scott; difficultés financières; veuve; père commandant d'artillerie en retraite.

Grant, Geoffroy.

Un peu bizarre; soupçonné de crimes sur des jeunes filles.

Hastings, Mrs.

Patronne de miss Bartlett; faux nom; [voir miss Barrow].

Hopkins, Gary.

Jeune; a été surpris à torturer son chat par Jane Marple.

Hunt, Verity.

Jeune fille assassinée; victime de Michael Rafiel ? non; parents morts; a vécu chez les Bradbury-Scott; était enceinte ?; fiancée de Michael Rafiel; très belle; qualités morales; voulait épouser Michael Rafiel malgré le passé de celui-ci; victime de Clotilde Bradbury-Scott.

Inch.

Décédé; était chauffeur de taxi; a eu un fils qui lui a succédé et est décédé aussi.

Jackson, Arthur.

Ancien valet de chambre et masseur de Jason Rafiel; assez douteux.

Jameson, Richard.

Grand et maigre; trentaine d'années; architecte.

, Janet.

Femme de ménage de Lavinia Glynne; d'un certain âge.

, Joan.

Femme de Raymond.

Knight, Miss.

Ancienne demoiselle de compagnie de Jane Marple; gentille et dévouée mais un peu exaspérante.

Lumley, Miss.

Environ soixante-dix ans.

Marple, Jane.

Miss; de Sainte-Marie-Mead; appartient à la vieille génération; tricote; pourrait être impitoyable en certaine circonstances; 70-80 ans; porte des lunettes; cheveux blancs.

Moffatt, Richard.

Sir; a tué l'amant de sa femme.

Paulett.

La mère Paulett; se prenait pour Marie-Antoinette; internée.

Prescott.

Chanoine; [voir Le major parlait trop]; frère de Joan Prescott.

Prescott, Joan.

Miss; sœur du chanoine.

Price, Emlyn.

Mr; vingtaine d'années; horrible tignasse mal peignée; anarchiste; étudiant ?; daltonien; amoureux de Joanna Crawford.

Prince, Mélanie.

Avait quatre ans quand elle a été renversée par une voiture.

Quantrill, Elizabeth.

Décédée à l'âge de quatre-vingt-cinq ans; connaissance de Jane Marple; santé délicate.

Rafiel, Jason.

Peu commun; décédé; père de Michael; connaissance de Jane Marple; volonté de fer; énorme fortune; peu commode; parfois impoli; [voir Le major parlait trop]; agressif et dominateur en affaires; ami sûr; réelle bonté; brillant; avait une femme beaucoup plus jeune que lui qui est décédée il y a longtemps; a eu deux filles et un fils; aimait passionnément la justice.

Rafiel, Michael.

Mauvais sujet; fils de Jason; déclaré coupable du meurtre de Verity Hunt; a fait partie de gangs; a volé, escroqué; faussaire; a été condamné pour viol; criminel endurci; irrécupérable; pervers et malhonnête; condamné à la réclusion à vie; dit Mike; trente-deux ans; innocent : libéré.

, Raymond.

Neveu de Jane Marple; mari de Joan.

Riseley-Porter, Geraldine.

Soixantaine d'années; fort bien conservée; élégamment vêtue; certain niveau social; voix forte et autoritaire; tante de Joanna Crawford; mondaine et égocentrique; riche; assez peu sympathique.

Sandbourne, Mrs.

Travaille dans une agence de voyage; trente-cinq ans.

Schuster.

Notaire; associé de Broadribb; plus jeune que Broadribb; replet; cheveux noirs; petits yeux perçants; double menton.

Stokes.

Docteur; coroner; cheveux grisonnants; porte de grosses lunettes.

Temple, Elizabeth Margaret.

Miss; dépassé la soixantaine; bonne apparence; voix claire et bien timbrée; forte personnalité; directrice en retraite d'un lycée de jeunes filles très connu; élégante; totale intégrité; remarquable; spécialisée en mathématiques; éducatrice dans toute l'acception du terme; assassinée; victime de Clotilde Bradbury-Scott.

Walker.

Colonel; mari de Mrs; Anglais; à la retraite.

Walker, Mrs.

Femme du colonel; Anglaise.

Walters, Esther.

Ancienne secrétaire de Jason Rafiel; jeune; veuve; don de choisir les hommes qui ne lui conviennent pas; remariée avec Mr Anderson; a une petite fille de son premier mariage; charmante.

Wanstead.

Professeur; physique imposant; épaules carrées; grosse tête aux cheveux grisonnants; mâchoire puissante énormes sourcils broussailleux; attachant et plein de bonté ?; médecin; spécialisé en psychopathologie; s'intéresse aux différents types de criminels.

Wells, Mrs.

Aveugle; sourde; tuée par une chute de pierres.

Williams, Bert.

Soupçonné de crimes sur des jeunes filles.

Haut de la page

- 1 -

La lettre [de Jason Rafiel] se terminait par une citation du Livre d'Amos :

Que la Justice déferle comme les vagues

Et la vertu comme un torrent éternel.


- 2 -

[…] Mr Caspar. Il eût été encore plus facile de voir en lui un personnage dangereux. Ne connaissait-il pas l'anglais mieux qu'il ne voulait le laisser paraître ? Miss Marple n'avait jamais pu se débarrasser complètement de ses préjugés victoriens à l'égard des étrangers, chose d'autant plus absurde - elle s'en rendait parfaitement compte - qu'elle avait de nombreux amis dans différents pays.


- 3 -

Emlyn Price ?  Il était sans doute étudiant, et les étudiants sont actuellement la violence même. Mr Rafiel l'aurait-il lancée sur la piste d'un étudiant ? Cela dépendait de ce que le jeune homme avait fait ou se proposait de faire. Peut-être était-ce un anarchiste convaincu.


- 4 -

- [Professeur Wanstead]  Il [Michael Rafiel] avait certes attaqué une jeune fille, et on peut concevoir qu'il ait abusé d'elle, mais il n'a certainement pas tenté de l'étrangler. D'ailleurs, à  mon sens, après avoir vu nombre de cas similaires, il me semble improbable qu'il y ait eu véritablement viol. Les jeunes filles d'aujourd'hui, vous [Jane Marple] ne l'ignorez pas, se servent volontiers de ce terme, leurs mères elles-mêmes insistant souvent pour qu'elles baptisent ainsi une banale aventure au cours de laquelle elles ont été parfaitement consentantes. Or, la jeune fille en question avait eu plusieurs amoureux, lesquels étaient certainement allés beaucoup plus loin que les limites de l'amitié.


- 5 -

- [Professeur Wanstead] […] Au courant, par exemple, des aventures qu'auraient vécu certaines jeunes filles à l'insu de leurs parents. Cela se produit assez fréquemment, surtout depuis dix ou vingt ans. On prétend que les filles de nos jours mûrissent plus vite qu'autrefois. Physiologiquement, c'est vrai. Mais, en un autre sens, elles sont au contraire en retard sur leurs aînées. Moralement, elles restent enfants plus longtemps. Il suffit pour s'en convaincre de voir la façon dont elles s'habillent et se coiffent. Leurs cheveux flottants, leurs minijupes, leurs nuisettes, leurs shorts sont comme le symbole de leur adoration pour l'enfance. Elles ne veulent pas devenir adultes, elles refusent d'assumer les responsabilités inhérentes à l'âge adulte. Et cependant, comme toutes les enfants, elles souhaitent qu'on les prenne pour des grandes personnes, elles souhaitent être libres d'accomplir ce qu'elles croient être des actes d'adultes. C'est cette attitude qui, parfois, conduit au drame.

Haut de la page