Miss Marple : L'affaire Prothero (1930)

Tous les titres :

A.B.C. contre Poirot

À l'hôtel Bertram

Affaire Prothéro ( L')

Aventure de l'"Étoile de l'Ouest" (L')

Aventure de l'appartement bon marché (L')

Aventure du tombeau égyptien (L')

Cadavre dans la bibliothèque (Un)

Cartes sur tables

Chat et les pigeons (Le)

Cheval à bascule (Le)

Cheval pâle (Le)

Cinq heures vingt-cinq

Cinq petits cochons

Club du mardi (Le)

Couteau sur la nuque (Le)

Crime d'Halloween (Le)

Crime de l'Orient-Express (Le)

Crime de Regent's Court (Le)

Crime du golf (Le)

Demoiselle de compagnie (La)

Destination inconnue

Dernière énigme (La)

Disparition de Mr. Davenheim (La)

Dix petits nègres

Double péché

Drame en trois actes

Énigme du testament de Mr. Marsh (L')

Enlèvement du Premier Ministre (L')

Flux et le reflux (Le)

Géranium bleu (Le)

Guêpier (Le)

Heure zéro (L')

Homme au complet marron (L')

Indice de trop (Un)

Indiscrétions d'Hercule Poirot (Les)

Jeux de glaces

Lingots d'or (Les)

Maison biscornue (La)

Major parlait trop (Le)

Mémoire d'éléphant (Une)

Meurtre au champagne

Meurtre de Roger Ackroyd (Le)

Meurtre en Mésopotamie

Meurtre sera commis le ... (Un)

Mort avait les dents blanches (Le)

Mort n'est pas une fin (La)

Mort sur le Nil

Motif contre occasion

Mrs Mac Ginty est morte

Mystère de Hunters's Lodge (Le)

Mystère du bahut espagnol (Le)

Mystère du vase bleu (Le)

Mystérieuse affaire de Styles (La)

N. ou M.

Némésis

Noël d'Hercule Poirot (Le)

Noyée au village (Une)

Nuit qui ne finit pas (La)

Pendules (Les)

Pension Vanilos

Plume empoisonnée (La)

Poignée de seigle (Une)

Poirot joue le jeu

Poirot quitte la scène

Pouce de saint Pierre (Le)

Poupée de la couturière (La)

Quatre (Les)

Quatre suspects (Les)

Rendez-vous à Bagdad

Rendez-vous avec la mort

Retour d'Hercule Poirot (Le)

Rêve (Le)

Sanctuaire d'Astarté (Le)

Sept cadrans (Les)

Seuil ensanglanté (Le)

Signal rouge (Le)

S.O.S.

Témoin indésirable

Témoin muet

Témoin à charge

Trio à Rhodes

T.S.F.

Train bleu (Le)

Tragédie de Mardson Manor (La)

Train de 16 h 50 (Le)

Troisième fille (La)

Vacances d'Hercule Poirot (Les)

Vallon (Le)

Vol d'un million de dollars de bons

Peu des personnages de l'Affaire Prothero d'Agatha Christie apprécient Lucius Prothero, mais ce n'est pas parce qu'on n'aime pas quelqu'un qu'on doit le tuer ou qu'il doit mourir.  Les questions d'appréciation sont subjectives, alors qu'on doit plutôt rechercher les faits objectifs.

Comme d'habitude, quand le colonel Prothero est assassiné, on découvre plusieurs suspects, plus ou moins crédibles, qui avaient intérêt à la mort du colonel ou la possibilité de commettre le crime.

Comme sa fille Lettice, qui aurait pu assassiner son père, pour une question d'argent.

Ou Archer, le braconnier, sa mère ou sa fiancée Marie, qui auraient pu tuer par vengeance.

Le docteur Stone et sa secrétaire miss Cram sont soupçonnés.  Le docteur Stone a bien quelque chose à se reprocher, mais pas le meurtre de Prothero.

Qui est l'étrange et solitaire Mrs Lestrange, retirée dans ce village perdu, dont les allées et venues s'effectuent souvent sans témoins ?

Le peu sympathique vicaire Hawes est-il simplement malade ou a-t-il quelque chose de plus grave à se reprocher ?

Le pasteur Clément, qui a souhaité publiquement la mort du colonel Prothéro aurait-il joint le geste à la parole ?  Théoriquement, les gens qui s'occupent de religion devraient être innocents des crimes les plus graves, mais on ne peut pas être sûr, tant que le roman n'est pas complètement terminé.

Griselda, la femme du pasteur, qui a déjà été folle de Lawrence Redding a-t-elle renoué une relation avec son ancien amoureux ?  Quelles pourraient en être les conséquences ?

Les personnages mentionnés jusqu'à présent sont des suspects trop évidents, soupçonnés à cause d'apparences ou de comportements qui pourraient donner lieu à des interprétations.  On ne peut pas exclure que certains soient coupables, mais la plupart doivent être des leurres.  Il y aurait plus de certitude à s'appuyer sur des faits objectifs.

Un premier fait objectif de ce roman est que Lucius Prothero vit séparé de sa première femme.  Anciennement, les maris et les femmes n'avaient pas le droit de se séparer.  Prothero est même remarié depuis cinq ans.  Le divorce est impossible.  Sa première femme est-elle morte ?  La réponse à cette question jouera un très grand rôle dans la solution de tout le mystère.

D'habitude, on doit se méfier des premiers suspects et des suspects les plus évidents comme, par exemple, Lawrence Redding et Anne Prothero, la veuve du colonel.  Le fait d'être parmi les premiers suspects devrait les innocenter, sauf que Redding semble être l'amant d'Anne Prothero.  La difficulté, pour le lecteur, est d'évaluer la nature exacte de la relation qui unit Redding et Anne.  Si Anne et Redding sont des amants prêts à tout, il auraient fort bien pu assassiner Lucius, pour pouvoir se marier.  Si, au contraire, Redding avait réellement l'intention de quitter le village pour laisser Anne en paix, Anne et Redding pourraient être innocents.

L'amour qui unit Anne à Redding semble tout de même bien intense.  Peu après la mort de Lucius, Anne forme le projet d'épouser Redding le plus rapidement possible.  Si Anne et Redding avaient été innocents, ils auraient pu se marier, il faut faire attention à ne pas récompenser le crime.

Ce qui ne plaide pas pour Lawrence Redding est son statut d'artiste.  On sait que, chez Agatha Christie, les artistes sont des gens sans grande morale, de qui on peut attendre beaucoup de choses.  Lire, par exemple, Témoin à charge (Romaine Heilger), Le couteau sur la nuque (Jane Wilkinson), Cinq petits cochons (Amyas Crale) et Drame en trois actes (Charles Cartwright).

Contrairement à la règle générale, les premiers suspects pourraient être les coupables.  Pour une femme, avoir un amant et, pour un homme, être l'amant d'une femme mariée, étaient de graves crimes.

Agatha Christie connaissait parfaitement les lois du roman policier, les respectait parfois, pour les contourner d'autres fois.

Lucius Prothero lui-même était coupable.  Il vivait séparé de sa première femme et s'était remarié, sans prendre toutes les précautions nécessaires pour s'assurer que sa première femme était morte.  On apprend justement, hasard de roman populaire, que Mrs Lestrange est la première femme de Prothero.  Le divorce n'est pas admis.  Une personne ne peut pas se marier deux fois.  Il n'est pas étonnant que Lucius Prothero soit puni de mort.

Si Lucius était coupable, Anne pouvait-elle être innocente ?  Anne pouvait-elle prétendre ignorer que Lucius  était déjà marié ?  Affaire d'interprétation, ici.  Le fait est qu'Anne n'est pas innocente, dans ce roman.  Anne était la complice de Lucius dans son crime de remariage.  Elle devient par la suite complice de Redding pour assassiner Lucius et est livrée à la justice, pour subir son châtiment.  Tout ce qui arrive, dans ce roman, arrive probablement nécessairement et obligatoirement.

Mrs Lestrange mérite une certaine indulgence, parce qu'elle a quitté son mari à cause du très mauvais caractère de ce dernier.  Mais elle a dû vivre une grande partie de sa vie à l'étranger.  Elle retourne en exil, avec sa fille Lettice, où elle n'en a plus pour longtemps à vivre.

Le côté édifiant de ce roman n'échappe pas au lecteur.  Le mariage de Griselda et de Léonard Clément est une petite curiosité.  On dirait un pasteur qui a épousé Marilyn Monroe.  Griselda se qualifie elle-même de mauvaise ménagère.  C'est à cause d'elle que les Clément sont si mal servis.  C'est la tâche des femmes de s'occuper des soins du ménage et de diriger les domestiques.  Le ton du roman, à cet égard, est plus à la plaisanterie qu'à la tragédie.  Léonard, en tant qu'homme et pasteur, ne peut pas se séparer de sa femme.  Griselda promet de s'améliorer, à la fin.  L'affaire Prothero, pour les Clément, est un peu comme Lettre à mon juge ou Maigret et Monsieur Charles, de Simenon, qui finiraient bien.  Agatha Christie était un peu plus optimiste que Simenon.

Contrairement à la règle qui veut que les gens s'occupant de religion ne soient pas des criminels, Hawes se révèle coupable de détournements de fonds.  Mais Hawes est un vicaire, c'est-à-dire pas très haut dans la hiérarchie.  Hawes est déprécié dans le texte et quasiment puni de la peine de mort.  La tentative de meurtre dont il fait l'objet peut être considérée comme sa punition.  Hawes constitue l'exception normale à la règle.  Hawes a volé une somme relativement modeste, mais n'a pas tué.

Haut de la page

Abott, Henri.

De la Basse-Ferme, à l'agonie ?

Archer.

Fripon, a proféré des menaces et des paroles de vengeance contre le colonel Prothéro, braconnier invétéré, joyeux propre à rien, ruffian, sans foi ni loi, ivrogne, fils de la mère Archer, propre à rien, fiancé de Marie.

Archer, Mrs.

La mère Archer, fait le ménage de Lawrence Redding, vieille bonne femme, à moitié folle, à moitié loufoque, mère d'Archer le braconnier.

Bailey.

Jeune, amant de la femme de Joe Bucknell.

Baker, Mrs.

Connaissance d'Armanda Hartnell.

Bucknell, Joe.

Tenancier du Sanglier bleu, croyait que sa fille flirtait avec le jeune Bailey alors que c'était sa femme.

, Clara.

Servante de Mrs Price Ridley, 19 ans; se laisse courtiser par le livreur du marchand de poisson.

Clément, Denis.

Jeune neveux de Léonard Clément, s'entend très bien avec Griselda, 16 ans, veut entrer dans la marine marchande, amoureux de Lettice Prothéro, jeune benêt.

Clément, Griselda.

Regrette être une maîtresse de maison déplorable, pas d'indulgence, femme de Léonard Clément, 20 ans de moins que son mari, extrêmement jolie et incapable de prendre quelque chose au sérieux, nulle sous tous les rapports, fatigant de vivre avec elle, pas de l'espèce des maîtresses de maison, [le ton est celui de la rigolade ici, ce n'est pas comme Lettre à mon juge de Simenon], déteste les missionnaires, représente tout ce que n'aime pas son mari mais il ne peut pas se passer d'elle, agaçante, espiègle, [anti-conformiste], aimerait être témoin d'un crime, deux petites mains, aime pas Lettice Prothéro, déteste les vieilles femmes, a été amoureuse de Lawrence Reddind avant de connaître son mari, a été folle de lui, va devenir très réservée, enceinte, a décidé de devenir une vraie épouse une vraie mère et une vraie maîtresse de maison, aime beaucoup Léonard, achète des livres édifiants.

Clément, Léonard.

Souhaite la mort du colonel Prothéro, pasteur, pense qu'un pasteur ne devrait pas se marier, a supplié Griselda de l'épouser après 24 heures, considère le mariage comme une chose sérieuse, a essayé de former l'esprit de sa femme, mari de Griselda, au-dessus de tout soupçon, dit Len, fou de sa femme, [un pasteur qui a épousé Marilyn Monroe], aime pas tellement Hawes, désapprouve les médisances, a pris Landormy en grippe, aime bien Haydock, adore et vénère Griselda, désespérément amoureux.

Cram, Gladys.

Secrétaire du docteur Stone, 25 ans, bruyante, haute en couleur, pleine de vie, robe courte, petite tête dorée et têtue, voudrait pas vivre avec une belle-mère, commune, gaie, gêne le pasteur Clément, animosité contre Lettice Prothéro, sotte, tellement bête, pas complice de Stone, recherche un autre patron, libre.

, Émilie.

Servante de Miss Marple.

, Gladdie.

Bonne qui aide à la cuisine chez les Prothéro.

Hargraves.

Major, marguillier, homme très considérable, entretenait un second ménage avec une ancienne bonne, marié, avait 5 enfants avec la bonne, avait une fille avec sa femme.

Hartley Napiers, Suzanne.

Dit partout que Lettice Prothéro est très mal élevée.

Hartnell, Armanda Miss.

Nature tumultueuse et enjouée, manque de tact, façon d'aborder les gens pénible et gênante, fausses dents, visite les pauvres, haineuse.

Hawes, Mr.

Passe son temps à tout désapprouver, nouveau vicaire, conservateur, fait maigre le vendredi, paraît malade, fatigué, souffrant, a eu la maladie du sommeil, mains tremblent, visage se contracte nerveusement, aime pas Haydock, ses sermons sont assommants au possible, avait commis les détournements de fonds, fausse tentative de suicide avec des médicaments organisée par Lawrence Redding, sauvé par Haydock, [presque la peine de mort]; [déprécié].

Haydock.

Docteur, brave homme, gros, fort, bien découplé, figure bourrue et honnête, coeur tendre, redoute que l'on confonde les malades et les criminels, croit que le crime regarde autant le docteur que l'agent de police et le pasteur, aimable, brave homme dans tous les sens du mot, aurait aimé voir la tête de Redding sur le billot, sympathie pour Hawes, a été amoureux d'Estelle Lestrange, aidait Estelle, violente condamnation de Redding à cause de Hawes.

Jackson.

Commis du marchand de poisson, cousin d'Archer le braconnier.

Landormy.

Inspecteur de police, brun, énergique, agitation continuelle, impoli et arrogant, âne prétentieux, croit à la culpabilité de Redding, odieux, pas d'humour, zélé, aime pas le pasteur Clément, énergique et tenace.

Lestrange, Estelle.

Cultivée, femme du monde, très grande, cheveux blonds roux, vêtue avec élégance, bien élevée, étrange, sinistre ?, capable de tout ?, blancheur extraordinaire de sa peau, amertume, voix claire et calme, aime pas miss Hartnell, distinction, charme, mauvaise femme ?, séduisante, a un mois à vivre, mère de Lettice Prothéro, voulait revoir Lettice, part à l'étranger avec Lettice, première femme de Lucius, agit sans songer aux conséquences de ses actes [????].

, Marie.

Pour des gages de plus en plus élevés fournit un travail de moins en moins fatigant, mauvaise servante, fait de la mauvaise nourriture, mauvaises manières, Archer son fiancé a été emprisonné à cause du colonel Prothero; aime guère la police, très mauvaise.

Marple, Jeanne.

Terrible, quelque notion de l'humour, plus mauvaise langue du village, air doux et aimable, commère, méchante, est de l'espèce de ces vieilles commères qui ont toujours raison, vieille fille, de taille à tenir tête au préfet de police, tendance à voir du mal partout, desséchée, sait tout ce qui se passe à St. Mary Mead, a toujours raison, peu populaire, sa marotte est l'observation de la nature humaine.

Melchett.

Colonel, chef de la police du district, cheveux roux, yeux bleus, mine éveillée, petit homme pétulant, renifle, aimait pas Lucius Prothero.

Price Ridley, Marthe Mrs.

Excellente paroissienne, prétend qu'on a volé un billet d'une livre qu'elle a donné à la quête au service anniversaire de la mort de son fils, vieille colporteuse de scandales, poitrine opulente, vieille commère, la plus mauvaise langue du pays, veuve.

Prothero, Anne.

Déteste Lettice, remarquablement belle, seconde épouse du colonel, amoureuse de Lawrence Redding, calme et renfermée, très belle, brune au teint mat, affreusement malheureuse, souhaite la mort de son mari, sauvagement follement amoureuse de Redding, détestait son mari, veut épouser Lawrence Redding, hérite moitié moitié avec Lettice, complètement dominée par Redding ?, a tiré sur Lucius, livrée à la justice.

Prothero, Lettice.

Jolie fille, grande et blonde, semble toujours dans la lune, distraite, fille du premier mariage du colonel, partirait si elle avait de l'argent, [écervelée], poseuse, sait ce qu'elle fait, naturellement vindicative ?, déteste Anne Prothero, a pensé à tuer son père, si élégante, originale, haine pour Anne, fille d'Estelle Lestrange et Lucius Prothero, très attachée à sa mère, va partir à l'étranger avec sa mère, [hérite la totalité de la fortune de son père ?].

Prothero, Lucius.

Colonel, vieille bête prétentieuse, sa première femme l'a quitté, adversaire résolu de tout cérémonial, prend plaisir à faire des histoires, sa femme et sa fille en ont assez, a interdit à sa fille de poser en costume de bain pour Lawrence Redding, père de Lettice, remarié depuis 5 ans, stupide, tempête, provoque des disputes, démon, affreux caractère, magistrat, voix de stentor, un peu sourd, sévère, homme de devoir, pas populaire, personne ne l'aimait, rustre têtu, marguillier, c'est une chance qu'il soit mort, orgueilleux et fier, impitoyable, victime d'Anne Prothero et Lawrence Redding, mari d'Anne, sa première femme est Estelle Lestrange.

Redding, Lawrence.

Débauché ?, amoureux d'Anne Prothero, plus jeune qu'Anne Prothero, trente ans, personnalité très attrayante, cheveux bruns, yeux bleus, très sportif, excellent fusil, bon acteur amateur, sait raconter une histoire, sang irlandais, bon peintre moderne, pas d'argent, a un Mauser, jeune crétin, idiot, jeune fou, beau garçon, aucun sens moral, complice du meurtre de Prothero, maudit scélérat, pas digne de vivre, livré à la justice, avait tenté de faire croire au suicide de Hawes.

Rives.

Serviteur de Lucius Prothero.

Roberts.

Docteur, coroner de Much Benham.

, Rose.

Femme de chambre des Prothero, jolie fille de 25 ans, bonne fille.

Sadler, Mrs.

Propriétaire du logement de Hawes.

Simmons, Mrs.

Concierge des Prothero.

Stone.

Docteur, archéologue bien connu, s'est disputé avec le colonel Prothero, célibataire, au moins 25 ans de plus que Miss Cram, fortune ?, mauvais caractère ?, chauve, entend rien à l'archéologie ?, petit, tête ronde et chauve, visage rond et rose, aime pas Lawrence Redding, imposteur, voleur, titulaire de plusieurs états civils, en fuite.

West, Raymond.

Neveu de Miss Marple, écrivain, écrit des romans avec des gens bien antipathiques, aime pas qu'on le bouscule, fier de sa personne, ses personnages mènent une existence ennuyeuse et banale, condescendant, connaît le vrai Stone.

Wetherby, Caroline Miss.

Mélange de vinaigre et de violence, conservatrice, mauvaise langue.

Haut de la page

- 1 -

- [Miss Marple] Mon cher colonel Melchett, vous savez comment sont habillées les jeunes femmes d'à présent. Elles n'éprouvent nulle honte à faire voir à tout le monde comment le Créateur les a faites.


- 2 -

- Mon opinion [à Léonard Clément] est qu'un pasteur ne devrait pas se marier. Et ce m'est encore un mystère que de savoir les raisons qui m'ont fait supplier Griselda de m'épouser, alors que je la connaissais depuis vingt-quatre heures à peine.

J'ai toujours considéré le mariage comme une chose sérieuse, à laquelle on ne devrait se décider qu'après avoir longuement réfléchi et pour laquelle la similitude des goûts et des penchants est une des conditions les plus indispensables.

Griselda a presque vingt ans de moins que moi. Elle est extrêmement jolie et tout à fait incapable de prendre quoi que ce soit au sérieux. Elle est nulle sous tous les rapports et c'est très fatigant de vivre avec elle. Elle considère la paroisse comme un énorme amusement à l'usage de son plaisir. J'ai entrepris de former son esprit, mais sans aucun succès. Aussi suis-je de plus en plus convaincu que le célibat est nécessaire au clergé. J'ai souvent fait part de cette opinion à Griselda, mais elle s'est contentée d'en rire.


- 3 -

- C'est un débauché [Lawrence Redding], trancha Miss Hartnell. Comment voulez-vous qu'il en soit autrement ? Un artiste ! Paris ! Les modèles ! Tout, quoi !


- 4 -

- [Miss Marple] Cher pasteur, vous êtes tellement au-dessus des choses de ce monde ! Mais, pour ma part, je crains bien, pour avoir observé depuis longtemps la nature humaine, qu'il ne faille en attendre que peu de chose de bon. Certes, les bavardages des gens oisifs ne sont ni recommandables ni charitables, mais ils sont souvent vrais. N'est-ce pas ?


- 5 -

- [Miss Marple] […] cet acte horrible qui consiste à ôter la vie à son semblable […] 


- 6 -

De toutes les dames qui s'occupent de mes [à Léonard Clément] œuvres, c'est elle [Miss Marple] que je considère comme la plus clairvoyante - et de beaucoup. Non seulement elle voit et elle entend à peu près tout ce qui se passe, mais elle sait tirer des événements des déductions logiques et justes.

Si je devais, un jour, changer le cours de ma vie et devenir malhonnête, je redouterais beaucoup Miss Marple !


- 7 -

Je [Léonard Clément] me suis souvent demandé pourquoi l'on est si aisément porté à généraliser. Les généralisations sont rarement conformes à la vérité, pour ne pas dire toujours fausses ou erronées.


- 8 -

Les idées humanitaires de Haydock avaient subi une assez sérieuse transformation. Il aurait aimé voir la tête de Lawrence Redding sur le billot. Ce n'était pas, j'imagine, le meurtre de Prothero qui excitait sa colère, c'était le lâche attentat contre le malheureux Hawes.

- [Haydock] Le maudit scélérat [Lawrence Redding]  ! Le maudit scélérat ! Ce pauvre Hawes ! Il a une mère et une sœur : la honte d'être la mère et la sœur d'un assassin les aurait poursuivies leur vie durant. Pensez à leur angoisse ! Quelle infamie, quelle lâcheté ! […] Ce garçon-là [Lawrence Redding] n'est pas digne de vivre … Un pauvre être sans défense comme Hawes.

Haut de la page